RTBFPasser au contenu
Rechercher

Climat

L’année 2022 déjà marquée par une sécheresse extrême : le bilan de la situation en Europe

Le lit du "Woodhead reservoir" en Angleterre

Incendies, restrictions dans l’utilisation de l’eau, récoltes perdues, lits des rivières à sec, diminution de la production d’énergie : la sécheresse qui touche le continent européen affecte de nombreux aspects de notre quotidien.

Une sécheresse sévère, voire extrême sur certains territoires : mi-juillet, un rapport de l’Observatoire européen de la Sécheresse (EDO) estimait que 45% de l’Union européenne était en déficit de précipitations et de teneur en eau dans les sols (situation d’avertissement), et 15% en sécheresse telle que la végétation en est fortement affectée (situation d’alerte).

Une sécheresse qui a réellement commencé il y a plusieurs mois

Cette sécheresse, que la Première ministre française a qualifiée "d’historique" pour son pays, a en fait commencé dès le début de cette année. Le continent est en déficit de précipitations depuis plusieurs mois, auquel s’associent des vagues de chaleur précoces en mai et juin, qui ont fragilisé la végétation. Situation qui s’est aggravée cet été, face aux pics et vagues de chaleur qui se succèdent, et une pluie qui ne tombe décidément pas assez.

L’EDO dresse un bilan très pessimiste de la situation :

  • une sécheresse météorologique (soit, un manque de précipitations) sévère à extrême en Italie, dans le sud-ouest de la France, en Europe de l’Est et sur une grande partie des Balkans
  • la teneur en eau des sols est "remarquablement" basse sur la plupart de l’Europe, affectant ainsi grandement la croissance des plantes
  • la végétation est en stress hydrique (soit un déficit d’alimentation en eau) sur de larges territoires, comprenant les plaines italiennes, le sud, le centre et l’ouest de la France, le centre de l’Allemagne, l’est de la Hongrie, le Portugal et le nord de l’Espagne

Les conséquences sont graves sur une grande partie du sud de l’Europe, où des dangers extrêmes d’incendie persistent.

Loading...

Alors que l’EDO prévoit un maintien de cette situation de sécheresse jusqu’au mois de septembre, les prévisions de précipitations et températures étant assez pessimistes, les pays européens endurent ce manque d’eau comme ils peuvent.

France métropolitaine : 93 départements (sur 96) en restriction dans l’usage de l’eau

Elevage en Normandie, le 3 août 2022
Elevage en Normandie, le 3 août 2022 AFP or licensors

Une large majorité du territoire français est en situation de crise concernant la disponibilité en eau potable (66 départements) : tous les prélèvements non-prioritaires y sont interdits. 27 autres départements sont en alerte ou alerte renforcée, soit la limitation de l’arrosage des espaces verts, jardins, golf et la réduction des prélèvements agricoles.

Ces restrictions ont pour effet que plus de cent communes n’ont actuellement plus accès à l’eau potable via le service de distribution, et que de nombreuses récoltes sont perdues ou menacées. Dans la région nantaise, en alerte sécheresse depuis plus de trois mois, les maraîchers en sont à renoncer à mettre en place tous leurs plants, afin de limiter les pertes, déjà terribles. Dans les alpages, certains éleveurs doivent faire redescendre les troupeaux dans les plaines. La récolte des grandes cultures céréalières (surtout le maïs) est en partie menacée, laissant présager des conséquences pour l’élevage.

Deuxième mois de juin le plus chaud depuis le début du XXe siècle, mois de juillet le plus sec depuis 1959 (début des relevés), 47.000 hectares brûlés, dont 20.000 rien qu’en Gironde et 245 feux comptabilisés, soit trois fois plus que la moyenne des quinze dernières années : les records s’enchaînent.

Italie : le fleuve Pô méconnaissable

AFP or licensors

Le lit du Pô, plus grand fleuve italien, asséché sur certains endroits, des images qui ont marqué au début du mois de juillet. Le nord de l’Italie est en sécheresse sévère, cinq régions sont placées en état d’urgence, et des restrictions d’eau sont appliquées dans des centaines de municipalités.

Depuis 2020, le fleuve Pô subit les effets du manque d’eau, son lit diminuant peu à peu, comme l’illustrent ces images satellites de l’ESA (Agence spatiale européenne). Plusieurs lacs au nord du fleuve se réduisent petit à petit, diminuant par là la disponibilité en eau douce pour l’irrigation des cultures. Rizicultures et cultures de céréales sont touchées de plein fouet.

Dans la région, un autre secteur est touché par ce manque d’eaux superficielles : celui de la production d’énergie. Plusieurs centrales hydroélectriques et thermiques ont été mises à l’arrêt, ou leur production a été diminuée.

Espagne et Portugal : une situation aggravée par un hiver exceptionnellement sec

AFP or licensors

Dans la péninsule ibérique, la sécheresse dure depuis l’hiver, où les précipitations ont été anormalement basses, empêchant par là les nappes phréatiques de se remplir correctement. Selon une étude parue début juillet dans la revue scientifique Nature, ces conditions de sécheresses, favorisées par des conditions anticycloniques exceptionnelles, sont du jamais vu depuis près de 1200 ans.

Trois vagues de chaleur ont déferlé sur ces deux pays, engendrant feux de forêt qui ont grillé 0.46% du territoire espagnol, un record (233.545 hectares brûlés en Espagne, soit trois fois plus que la moyenne des quinze années précédentes). Les oliviers, ces arbres pourtant adaptés au climat méditerranéen chaud, ont eux aussi du mal à encaisser.

Le Portugal a lui vécu son mois de juillet le plus chaud depuis près d’un siècle.

Belgique et Pays-Bas : une situation encore sous contrôle

Dans le Benelux, il s’agit également d’une sécheresse historique, mais qui a heureusement pour l’instant des impacts limités. En Wallonie, l’effet le plus visible est le niveau des cours d’eau : les activités de kayak sont interdites, et la pêche également, sur une majorité des rivières de la région.

Une quinzaine de communes sont en restriction d’eau, et il est demandé globalement d’éviter le gaspillage. Le niveau des nappes souterraines wallonnes est dans les normes, les précipitations de l’automne-hiver 2021 ayant été suffisamment abondantes.

Du côté flamand, par contre, la situation est plus inquiétante79% des sites de surveillance des eaux souterraines flamandes ont montré des niveaux d’eau souterraine phréatique faibles (44%) à très faibles (35%). Les Pays-Bas, eux, sont officiellement entrés en pénurie d’eau.

Sécheresse aux Pays-Bas : Situation critique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les scientifiques prévoyaient ça plutôt en 2030 ou 2040…

Les années 2010 ont été marquées par une augmentation de la fréquence des canicules, la décennie 2020 semble, elle, se distinguer par l’ampleur des événements climatiques extrêmes. La vitesse à laquelle le changement climatique favorise ces catastrophes naturelles est bien plus rapide qu’estimée par les scientifiques, qui prévoyaient ces conditions exceptionnelles d’ici dix à vingt ans.

Sécheresse en Europe

Catastrophe en vue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Les incendies en Europe causent un pic d’émissions de carbone, le 2e gaz à effet de serre le plus important

Environnement

Sécheresse, mauvaise gestion de l'eau, dérèglement climatique : les éléments de la désertification de l'Espagne sont rassemblés

Environnement

Articles recommandés pour vous