Feuilleton Scotland Yard

L'affaire Webster : des membres humains découverts dans la Tamise, mais pas de tête...

Histoire Criminelle, les enquêtes de Scotland Yard

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 sept. 2020 à 06:43 - mise à jour 28 sept. 2020 à 06:46Temps de lecture2 min
Par La Première RTBF

Un matin de mars 1879, alors qu’il entame sa tournée habituelle, un livreur de charbon aperçoit une caisse en bois échouée sur les bords du fleuve. Sa curiosité est plus forte que tout : il se décide à l’ouvrir. Il ne s’attendait sûrement pas à tomber sur des morceaux de… corps humain !

La police locale est avertie, et fait examiner le corps par un médecin-légiste. On songe d’abord à un coup d’étudiants en médecine, qui auraient jeté le cadavre dans le fleuve après une séance d’anatomie … Cette hypothèse est vite écartée, comme nous l’explique Jérôme De Brouwer, historien du droit à l’ULB : "Le médecin qui procède à l’examen des membres de corps humain retrouvés dans la Tamise constate que la découpe a été faite grossièrement, sans réelle connaissance en anatomie. Le spécialiste qu’il est peut facilement identifier que la découpe n’est pas celle d’un professionnel de la médecine ou d’un étudiant. On comprend donc que les enquêteurs puissent formuler, assez rapidement, l’hypothèse d’un homicide suivi d’un dépeçage…"

L'enquête piétine autour de l'identification du corps

Surtout qu’à deux miles de Richmond, d’autres paquets similaires refont surface. Et ils contiennent eux aussi des fragments de corps humain, appartenant probablement à la même personne… Pourtant, il est difficile d’identifier la victime, puisque la tête n’a pas encore réapparu.

Face à la gravité des faits, on se rend compte que c’est une affaire qui va nécessiter les compétences des meilleurs experts : on alerte Scotland YardLa Metropolitan Police envoie deux inspecteurs du Criminal Investigation Department. Un service nouvellement créé : "Le Criminal Investigation Department remplace la Detective Branch au sein de Scotland Yard. Ce département est créé en avril 1878 par Howard Vincent, une personnalité marquante du développement de la Metropolitan Police. Vincent a effectué un long séjour à Paris. Il y a observé l’organisation de l’enquête "à la française" et l’organisation de la sûreté parisienne – dont la réputation est connue jusqu’à Londres. Il s’en inspire pour proposer au Home Office une réforme de l’organisation de Scotland Yard, et la formation du Criminal Investigation Department (CID)".

Un déménagement étrange

Alors que l’enquête peine à avancer, on fait part à Scotland Yard de la disparition d’une certaine Mrs Thomas. Sa propriétaire ne l’a pas vue depuis trois semaines… Mais ce n’est pas tout : il semblerait que la servante de Mrs Thomas ait voulu organiser un déménagement… en se faisant passer pour Mrs Thomas !

Heureusement que les déménageurs ont remarqué quelque chose d’étrange - suffisamment étrange aux yeux des enquêteurs pour organiser une fouille de la maison de Mrs Thomas. On y trouve le carnet intime de cette dernière, qui faisait état de relations conflictuelles avec sa servante.

Scotland Yard lance un avis de recherche, reproduit dans les journaux, les gares et les postes de police d’Angleterre. Et quand on retrouve enfin la servante, celle-ci fait accuser l’un des déménageurs. Voilà une version inédite de l’histoire, qui sème le doute…

Alors, qui a fait disparaître Mrs Thomas ?

Et surtout, où est passée la tête de la victime… cette fameuse tête qui reste introuvable ?

Pour le savoir, écoutez le 4e épisode de notre feuilleton sur les enquêtes criminelles de Scotland Yard, en haut de cet article.

Fine Art Photographic / Getty Images
Loading...

Et pour réécouter les premiers épisodes: 

Vers l'épisode 1

Vers l'épisode 2

Vers l'épisode 3

Sur le même sujet

Crime : la femme coupée en deux ou le mystère à Clichy (épisode 6)

36, quai des orfèvres

Crime : le vol du Grand Condé, un diamant rose de plusieurs millions (épisode 4)

36, quai des orfèvres

Articles recommandés pour vous