RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Inflation: Kris Peeters mène l'enquête mais ne remet pas la politique du gouvernement en question

Économie: des prix qui explosent

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 août 2016 à 04:39 - mise à jour 02 août 2016 à 10:44Temps de lecture2 min
Par RTBF

L'inflation au deuxième trimestre 2016 est de 1,6% contre 1,5% au trimestre précédent. Chez chez nos principaux pays voisins (Allemagne, France et Pays-Bas), elle s’est révélée nulle. 

La hausse de la TVA sur l'électricité, et en Flandre la "Turteltaks", la taxe pour financer l'apurement de la dette engendrée par les certificats verts y sont pour beaucoup: le prix de l'électricité à la consommation a augmenté en Belgique sur base annuelle de 40,6% en moyenne au deuxième trimestre contre 0,7% chez nos voisins. Les aliments sont aussi devenus plus chers.

Le ministre diligente une enquête

Si cette hausse des produits énergétiques s'explique facilement, celle des services inquiète plus le ministre fédéral de l'Economie Kris Peeters (CD&V).

Depuis 31 mois, l'inflation spécifique au secteur des services est supérieure à 2%. Une situation jugée dangereuse par le ministre de l'Economie qui a demandé au SPF économie de mener l'enquête, rapportent mardi L'Echo et De Tijd.

Kris Peeters est particulièrement inquiet par la hausse des prix dans les cafés et les restaurants, ainsi que dans le secteur des télécoms. "C'est systématiquement plus élevé que dans la zone euro et supérieur à la moyenne de nos trois pays voisins depuis octobre 2011", explique-t-il.

Il veut connaître les raisons de cette augmentation, et a demandé au SPF Economie de réaliser une enquête en concertation avec la Banque nationale, le Bureau du plan, l'Observatoire des prix et le Conseil de la concurrence. Un rapport intermédiaire sera présenté en novembre et le définitif au printemps 2017.

Trop de taxes et de règles?

Le ministre Peeters s'interroge donc sur les causes de cette inflation : la méthode de mesure serait-elle en cause ? Ou peut-on imaginer que cette hausse soit la conséquence de certaines mesures prises par le gouvernement Michel ? La hausse des prix dans l'Horeca est-elle par exemple liée à l'introduction des caisses "blanches", dites intelligentes, dans les restaurants ? Ou à la hausse des accises sur les boissons alcoolisées, ou encore à la taxe sur les boissons sucrées ?

"On a introduit la caisse blanche, ce qui a eu un effet sur les prix. Mais il y a aussi d’autre secteurs comme les télécommunications ou là les augmentations ne sont pas liées avec une décision de l’un ou l’autre gouvernement", explique le ministre à la RTBF.

Autre question que se pose Kris Peeters : cette inflation serait-elle due à un manque de concurrence, citant une hausse de 60% chez Telenet qui ne perd pourtant aucun client ? Ou encore à un effet de rattrapage par rapport à l'étranger, rappelant que nos voisins étaient déjà depuis longtemps habitués à la bière à 2,50 euros.

Pas de remise en question de la politique du gouvernement

S'oriente-t-on vers une remise en cause de la politique du gouvernement Michel ? Non, répond Kris Peeters à la RTBF : "J'ai aussi constaté que l'augmentation de la TVA sur l'électricité avait un effet sur l'inflation. C'est une décision délicate que le gouvernement fédéral a prise. Et le but aujourd'hui n'est pas de réexaminer cette mesure ou de demander une autre décision".

Pas de remise en question des politiques existantes donc, mais le ministre de l'Economie concède qu'il est préoccupé par l'augmentation des prix dans les services et qu'il veut comprendre. Il s'intéresse surtout aux télécoms...