Wimbledon

Kasatkina est "certaine que Van Uytvanck sera très motivée"

Kasatkina est "certaine que Van Uytvanck sera très motivée"
08 juil. 2018 à 15:45Temps de lecture1 min
Par Belga News

Daria Kasatkina (WTA 14). Dasha pour les intimes. Telle sera la prochaine adversaire d'Alison Van Uytvanck (WTA 47) ce lundi en huitième de finale à Wimbledon. La Russe, 21 ans, finaliste à Indian Wells et quart de finaliste à Roland Garros cette année, se retrouve également pour la première fois en deuxième semaine à Londres après une victoire contre l'Australienne Ashleigh Barty (WTA 17) 7-5, 6-3.

"J'étais un peu nerveuse, car quand on joue en premier match de la journée, on est encore un peu endormie et avec le soleil, on ne voit pas bien la balle", raconte Dasha. "Mais au fur et à mesure, j'ai trouvé mes marques face à son service et son slice, et j'ai été en mesure de mieux gérer la situation. C'était un chouette match. Le gazon est une surface intéressante, car il faut sentir la balle et maîtriser les faux rebonds. Pourtant, au début, ce n'était pas évident. Je me rappelle de mon tout premier match, en juniores, ici, contre une Roumaine, Ioana Loredana Rosca. J'avais perdu le premier set 6-0 (et le deuxième 7-5, ndlr). Je crois que j'avais pris trois points. C'était un désastre!", sourit-elle.

Daria Kasatkina, depuis, a fait du chemin. Et le hasard veut que lundi, la native de Togliatti retrouvera Alison Van Uytvanck pour la deuxième fois en deux tournois dans l'enceinte du All England Club. Les deux joueuses se sont en effet encore affrontées à Eastbourne, et la protégée de Philippe Dehaes s'était imposée, difficilement, 5-7, 6-4 et 6-1.

"Ce ne sera pas évident. J'étais menée d'un set et j'aurais pu avoir un break de retard aussi dans la deuxième manche", se souvient-elle. "Je suis certaine qu'elle (Van Uytvanck, ndlr) sera très motivée. Je l'ai vue battre Muguruza et elle était déchaînée. Il ne reste de toute manière plus que des bonnes joueuses de gazon dans le tableau. Je ne pense pas vraiment à une stratégie particulière, car on n'a pas toujours le temps de réfléchir sur cette surface. Mais je sais que je vais devoir bien servir et oser venir à la volée, car si je reste à courir cinq mètres derrière ma ligne de fond, je n'aurai aucune chance..."

Sur le même sujet