Culture & Musique

Jean-Louis Murat au Botanique : Bruxelles " BABEL "

Jean-Louis Murat au Botanique : Bruxelles « BABEL »
01 févr. 2015 à 20:13Temps de lecture2 min
Par François Colinet

Avouons-le, les premières parties c’est rarement l’extase, surtout quand elles ne sont pas annoncées et qu’on espère rentrer tôt à la maison… Et pourtant ce samedi, nous fûmes ravis ! Il nous faudra un petit temps pour reconnaître enfin cette voix qui nous titillait depuis deux chansons. Des cordes vocales et des guitares parfaitement complémentaires pour créer l’illusion d’un feu ouvert dans l’intimité d’une Orangerie, pourtant pleine à craquer.

Kris Dane : l’excellente surprise

Sous ce bonnet, cette écharpe et derrière ces lunettes rondes, se cache rien moins que Kris Dane. En mode solo, il s’immisce dans nos oreilles pour une demi-heure de folk délicieuse, tirée de son excellent album " Rose of Jericho ", sorti il y a peu. Il donne la preuve que ses chansons tiennent magnifiquement la route, même orphelines des leurs cordes et arrangements somptueux. Ce soir, il a tout du songwriter modeste mais étale, malgré lui, la qualité de son jeu en imbibant chacun de ses titres d’une émotion palpable. Le public, agréablement surpris, lui réservera une sortie enthousiaste. Reste l’envie de retourner le voir, dans ce même lieu le 7 mars prochain, avec l’ensemble de son orchestre. Pari gagné !

Kris Dane "Rose of Jericho" en showcase Classic 21 à l'ascenseur à bateaux n°4 de Strépy Thieu.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La bonne humeur façon Jean-Louis

Après une attente un peu longue, voilà qu’arrive le quatuor du soir : batteur, claviériste et (contre) bassiste ne tarderont pas à dévoiler tout leur savoir-faire pour entourer un Murat visiblement bien disposé. C’est, en effet la question qui revient à chacun de ses concerts : dans quel état d’esprit allons nous retrouver l’artiste ? On se souvient notamment d’un concert à l’Ancienne Belgique où il s’était visiblement disputé avec ses musiciens et les avait congédiés, assurant seul le spectacle pendant plus d’une heure !

Rien de tout cela ici. Certes, il a fallu que le public réclame pour qu’il finisse par dire " Bonsoir " après plusieurs morceaux, prétextant que saluer la foule le déconcentrait. Mais tout le monde s’en est amusé. Et Jean-Louis, qui de profil ressemble à s’y méprendre à François Cluzet, a pu continuer à dérouler délicatement son dernier album.

Car tel est bien le principe de sa nouvelle tournée : puiser uniquement parmi les 20 titres de " BABEL " en leur insufflant le blues et le groove nécessaire. Outre des nouvelles chansons très réussies, ce sont, en effet, les musiciens qui furent les étoiles de la soirée. Plus lente ou plus saccadée, la rythmique est à chaque fois impeccable. Notre voisine de gauche et a pris un plaisir évident, prouvant que l’on peut passer deux heures à se trémousser allègrement sur du Murat !

Frustrations et temps morts en mode mineur

Aussi joli soit l’album, ce concept est tout de même un peu frustrant pour tous ceux qui, comme nous, auraient aimé retrouver quelques titres plus anciens, (" L’au-delà " nous a manqué, pour n’en citer qu’un !). Mais le voir empoigner sa gratte, dans un style qui mêle subtilement flegme et énergie, fait presque oublier l’absence des cuivres, pourtant très présents sur ce disque.

Un concert avec quelques moments creux mais musicalement très réussi, qui nous a fait " fréquenter la beauté ". Tout cela donne envie de se replonger dans sa discographie très fournie (un disque par an en moyenne !) Pas rancuniers, nous le ferons sans lui !

 

François Colinet

 

En concert (avec Kris Dane) le 17 mars au Reflektor, à Liège.

 

Jean-Louis Murat " BABEL " (PIAS)

Jean-Louis Murat au Botanique : Bruxelles
Jean-Louis Murat au Botanique : Bruxelles « BABEL » - Droits réservés

Sur le même sujet

Sufjan Stevens a fait planer le Palais des Beaux-Arts

Culture & Musique

Jean-Louis Murat, un chanteur qui fuit le "tube"

Culture & Musique

Articles recommandés pour vous