Athlétisme

Jacques Borlée tacle la fédé et menace de tout arrêter

Jacques Borlée tacle la fédé et menace de tout arrêter
07 sept. 2013 à 10:54Temps de lecture2 min
Par mawe

"On s'est tu tout l'année. Mais ça ne peut pas continuer comme ça. Jonathan est parvenu à trouver des ressources exceptionnelles et à faire des championnats du monde inimaginables. Par contre Kevin n'en peut plus, il est vraiment dans un burn out. On a eu une saison difficile pas seulement à cause des stages mais aussi à cause de notre fédération. On veut absolument que les choses se mettent en place et qu'on nomme un vrai responsable du haut niveau qui est capable de gérer des sportifs de haut niveau. Idéalement, il faudrait un étranger parce dans le sport francophone peu de personnes savent ce qu'est le haut niveau. Donc on est dans une incompréhension totale."

La LBFA, déjà secouée par l'affaire Jean-Michel Garin, est à nouveau pointée du doigt dans sa gestion par le clan Borlée. "Quand vous avez dans votre groupe, un athlète demi-finaliste olympique (Adrien Deghelt, ndlr) qui n'a pas un franc d'aide, que l'argent est gelé, que des stages ne sont pas remboursés, cela joue forcément sur la préparation. Personnellement, cela fait neuf mois que je travaille sans être payé. Je ne connais personne qui est d'accord de travailler gratuitement", détaille Borlée.

"On admire les résultats, mais on les réalise au forceps grâce à nos partenaires. Ce qui se passe est vraiment inacceptable, inacceptable. Je ne veux pas mettre la santé de mes enfants, celle d'un de mes athlètes ou la mienne en danger. On nous met trop de bâtons dans les roues. Maintenant, je dis stop. J'ai appelé le Ministre (André Antoine, ndlr) ce vendredi et j'insiste, c'est fini. Et s'il faut arrêter, hé bien j'arrêterai d'entraîner parce que c'est indescriptible. Ce n'est pas racontable", conclut-t-il.

Coach Jack regrette encore l'amateurisme de la fédération, les conditions de travail à Moscou ou le manque de soutien au quotidien. "On veut des solutions concrètes. On veut collaborer avec notre fédération mais vers un projet cohérent et performant. Il y a des jeunes qui peuvent faire des belles choses, on doit leur donner la possibilité de s'exprimer".

Un passage de son groupe dans le giron de la VAL, la fédération flamande, a aussi été évoqué.

Actuellement à l'étranger aux Jeux de la Francophonie, Christian Maigret a eu vent des déclarations de Jacques Borlée sans y avoir réellement accès. Dans ces conditions, le directeur technique de la LBFA préfère s’abstenir de tout commentaire. Les deux hommes devraient se voir dans les prochains jours.

M. Weynants avec G. Vankerkom