Serie A - Football

Italie: Le derby romain à Sarri et la Lazio, la Juve confirme sa montée en puissance

La Lazio célèbre sa victoire dans le derby

José Mourinho fait vibrer Rome depuis son arrivée cet été mais, à l'Olimpico, c'est Maurizio Sarri qui a conquis les lauriers avec une belle victoire de sa Lazio sur l'AS Roma (3-2) au terme d'un derby bouillant et rythmé, dimanche lors de la 6e journée de Serie A.

La Juventus, victorieuse de la Sampdoria sur le même score, poursuit de son côté sa remontée au classement (9e), mais elle a perdu Paulo Dybala et Alvaro Morata, blessés et forfaits pour la venue de Chelsea en Ligue des champions mercredi.

 

Le derby pour Sarri

La Lazio met fin à une mauvaise de passe de trois matches sans victoire en championnat. Ils reviennent à un point des Giallorossi (4e), battus pour la deuxième fois en Serie A, et de la Fiorentina (5e), qui a confirmé son bon début de saison en s'imposant avec solidité à l'Udinese (1-0) grâce au quatrième but du jeune attaquant serbe Dusan Vlahovic, sur penalty.

L'équipe de Sarri a démarré pied au plancher et a été récompensée sur ses deux premières occasions.

Le milieu serbe Sergej Milinkovic-Savic a devancé la sortie de Rui Patricio pour reprendre de la tête un centre de Felipe Anderson (10e), puis Pedro a conclu d'un tir précis un contre ultra-rapide, alors que la Roma réclamait un penalty pour une charge sur Nicolo Zaniolo (19e).

Le champion du monde espagnol avait marqué lors du dernier derby, en mai, mais pour la Roma (2-0), avant de troquer cet été le giallorosso pour le biancoceleste et retrouver Maurizio Sarri, son ex-coach à Chelsea.

Une fois n'est pas coutume, Ciro Immobile n'a pas participé au festival offensif mais il a offert un caviar au milieu brésilien Felipe Anderson pour le troisième but laziale (63e).

La Roma, trahie par ses 25 premières minutes difficiles, a été contrainte de courir après le score tout le match.

Elle a su réduire la marque juste avant la pause sur une tête de Roger Ibanez (41e, 1-2) puis sur un penalty transformé par l'international français Jordan Veretout après une légère faute sur Zaniolo (69e, 2-3).

Mais cela n'a pas suffi, le gardien espagnol Pepe Reina préservant la première victoire majeure de Sarri à la Lazio devant Zaniolo (73e).

 

La Juve enchaîne

A défaut d'avoir résolu ses problèmes défensifs, la Juve (9e) a renoué cette semaine avec des résultats plus en rapport avec son standing, avec deux victoires sur le même score (3-2) contre La Spezia et la Sampdoria de Gênes.

La Juve revient provisoirement dans la première moitié du classement (9e), à huit points de Milan, leader provisoire.

Elle va maintenant accueillir le tenant du titre de la C1 Chelsea, mercredi, sans ses attaquants Paulo Dybala, sorti en larmes après seulement vingt minutes, et Morata, remplacé en fin de match (82e) après une blessure à une cuisse. Ils ne reviendront qu'après la pause internationale d'octobre, a indiqué Massimiliano Allegri.

Dybala, étincelant jusqu'à sa blessure, a mis la Juve sur orbite en ouvrant la marque d'une belle frappe du pied gauche (10e).

Le champion d'Europe italien Leonardo Bonucci s'est ensuite chargé du penalty obtenu à la suite d'une main gênoise (43e) et Manuel Locatelli a signé son premier but en Bianconero sur un centre en retrait de Dejan Kulusevski (57e).

Ces trois buts ont récompensé un match globalement maîtrisé par la Juve. Même si elle a été rattrapée par sa fébrilité défensive du moment, en concédant deux buts qui ont laissé planer la menace d'une mauvaise surprise jusqu'au bout: Maya Yoshida (44e) a d'abord réduit le score à 2-1 puis Antonio Candreva (83e) à 3-2.

Malgré ces buts, Allegri s'est dit "satisfait de cette première victoire à domicile, la deuxième de suite".

Articles recommandés pour vous