Football

Ingrid Vanherle après le succès de l’Euro féminin 2022 : "Maintenant il faut faire avancer les clubs"

Ingrid Vanherle sur l'avenir des Red Flames et des footballeuses en Belgique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le calme est revenu à Wembley, après le tremblement de terre généré par le sacre de l’Angleterre à l’Euro féminin 2022. La suite, sur la pelouse mythique, ce sont des concerts de Westlife et de Coldplay ces prochains jours. Pour les joueuses, le retour à la vie "normale" va prendre quelques semaines sans doute. Et chez nous ? Quel sera "l’héritage" de cet Euro, après le quart de finale disputé par les Red Flames ? Charly De Wasseige a fait le point avec Ingrid Vanherle, la directrice du football féminin au Standard et consultante sur notre plateau télé pendant l’Euro. Interview.

Ingrid Vanherle, que vous inspire cette finale à Wembley devant près de 90000 personnes ?

Je suis dans le football féminin depuis longtemps, mais là j’ai eu la chair de poule. Ça fait plaisir de voir les progrès réalisés ces dernières années. Il reste du chemin à parcourir, on le sait, mais cet Euro en Angleterre a prouvé que le public était prêt. ;

Comment faire pour faire progresser encore le sport chez nous ?

La Fédération doit croire dans le projet du foot féminin. C’est ça qui s’est passé en Angleterre : il y a eu des investissements vraiment importants notamment dans le championnat. Chez nous aussi le pas a été fait, mais en investissant surtout beaucoup dans les Red Flames. Pour le championnat, on attend toujours. Il y a des licences de plus en plus exigeantes, c’est déjà très bien, ça va permettre au football belge d’avancer. Mais il faut penser aux clubs. L’Allemagne est passée par là aussi, en apportant des aides aux petits clubs qui avaient des difficultés. Certains clubs font des efforts, mais ils n’y parviendront pas seuls.

Est-ce qu’il ne reste pas aussi plusieurs clubs qui ne s’intéressent pas au foot féminin ?

Ceux-là sont en train de rater le train je pense ! Le football masculin est à son maximum, il a fait toutes ses preuves. Où peut-on réaliser des progrès aujourd’hui ? Dans le foot féminin. Quand on voit le monde rassemblé à Wembley, ça doit quand même donner une certaine motivation même à ceux qui étaient "anti foot féminin", ou qui ne croyaient pas dans ce sport jusqu’ici.

Et concrètement, on en est où en Belgique ?

On est à environ 40000 joueuses affiliées. Les chiffres ont énormément progressé. Mais je le dis toujours : il faut des résultats pour que ça puisse suivre derrière, et là les Red Flames signent des résultats aujourd’hui. Il faut aussi des "role models", à qui s’attacher. Jusqu’ici, ce sont les joueurs masculins qui donnaient l’exemple. Désormais on voit que les jeunes ont aussi des posters de joueuses dans leur chambre. Ça c’est positif.
Mais nos joueuses ne sont pas toutes professionnelles. Certains ont des contrats mais ne sont pas réellement pros à temps plein, elles ont encore un travail à côté. Pour moi, une vraie professionnelle c’est quelqu’un qui peut vivre de son sport sans rien faire d’autre à côté. Ce n’est pas le cas d’environ la moitié de l’équipe nationale belge à l’heure actuelle.

Aujourd’hui les jeunes ont aussi des posters de joueuses dans leur chambre

Mais justement, les joueuses ne doivent-elles pas partir à l’étranger pour progresser, ce qui ne fait pas monter le niveau du championnat belge ?

Malheureusement oui, la situation actuelle fait que si on est une bonne joueuse de foot en Belgique, aujourd’hui on ne peut pas rester dans notre pays parce que le championnat n’est pas à la hauteur. C’est pour ça que je demande l’aide de la Fédération : il faut augmenter le niveau de notre championnat et il n’y a que la Fédération qui peut nous aider pour ça. Il y a des initiatives, dans les écoles notamment, mais il faut investir dans l’accompagnement des jeunes, mieux les encadrer, créer des championnats de jeunes filles chez nous… Je peux parler du Standard : on a une très bonne formation. Mais on est un des seuls clubs belges. Il faut obliger les clubs à former les jeunes.

Malgré tout cela, les Red Flames sont arrivées en quart de finale. C’était un exploit ?

Oui, moi j’ai eu des frissons, des émotions, tout ce qu’on attendait du football féminin et d’autres sports féminins d’ailleurs, pas uniquement le football. Maintenant les Red Flames sont un peu l’arbre qui cache la forêt. Quand on regarde cet Euro, on se rend compte que c’était un Euro à deux vitesses tout de même. Il y a des nations plus évoluées que d’autres et pour moi la Belgique ne fait pas encore partie du top 10 des équipes nationales. Il faut, selon moi, encore faire des efforts supplémentaires. Peut-être rajeunir un peu, ne pas avoir peur des changements. Là ça fait longtemps qu’on travaille de la même façon donc moderniser et évoluer encore un peu, ça doit être la voie de l’équipe nationale.

Et la question des primes ? Certains pays ont aligné les primes de leurs joueuses sur celles de leurs joueurs…

Ce n’est pas le plus important aujourd’hui. Selon moi les joueuses doivent être payées à leur juste valeur. Est-ce qu’aujourd’hui cette valeur est la même que celle des garçons ? Non, je ne pense pas, pas encore. Mais il faut y arriver ! Et c’est pour ça qu’il faut des joueuses professionnelles à temps plein ici en Belgique. On doit former des athlètes de haut niveau, qui pourront ne penser qu’à leur sport. Assez de repos, d’entraînement et tout le reste, sans travail à côté.

Quand on voit l’impact du tournoi en Angleterre et les retombées inévitables que cela va avoir sur le foot féminin dans ce pays, est-ce qu’on peut imaginer organiser un jour un Euro en Belgique ?

Sans doute pas la Belgique toute seule mais avec d’autres pays, pourquoi pas… (ndlr : la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne ont déjà annoncé leur ambition commune pour la Coupe du Monde 2027)

Sur le même sujet

Une belle finale dans l’intensité, des Red Flames à un niveau inatteignable : le débrief de l’Euro féminin 2022

Euro féminin

Euro Féminin 2022 : une affluence qui bouscule les records

Euro féminin

Articles recommandés pour vous