Tour de France

Ineos, un Tour de France décevant qui se reflète dans la liste des gains : "C’est dommage de courir aussi mal"

Ineos Grenadiers
13 juil. 2021 à 14:22Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda

Habituée à dominer les débats, l’équipe Ineos Grenadiers n’est pas vraiment dans son assiette dans ce Tour de France 2021. L’équipe britannique était venue sur la Grande Boucle avec l’intention de s’attaquer au général avec le quatuor Carapaz – Thomas – Porte – Geoghegan Hart. Un plan qui ne s’est finalement pas concrétisé, entre-autres en raison des chutes de début de Tour.

Richard Carapaz (4e à 5:33 de Pogacar) est le seul coureur en mesure de lutter pour le podium alors que ses compères comptent plus d’une heure de retard. Incapables de lutter pour la victoire d’étape (3 top 10 sur 15 étapes), ils n’ont toujours pas réussi à animer la course par des mouvements collectifs.

Une impuissance qui se traduit également dans le tableau des gains, dévoilé par les organisateurs du Tour au bout de la 2e semaine. Avec 5310 euros récoltés depuis le départ en Bretagne, Ineos est 20e sur 23 équipes en termes de gains récoltés, bien loin derrière Deceuninck Quick-Step (95 320€) et Jumbo-Visma (62 640€).

Rappelons qu’Ineos pourrait se ressaisir dans ce classement en cas de beau résultat pour Carapaz au général. Le vainqueur du Tour de France recevra en effet 500.000€, son dauphin 200.000€ et le 3e 100.000€. Les 4e et 5e du classement final récolteront respectivement 70.000€ et 50.000€.

Tableau des gains après 2 semaines de Tour de France
Tableau des gains après 2 semaines de Tour de France RTBF

Ineos, plus gros budget du peloton, est classé derrière l’équipe Intermarché Wanty-Gobert. Son manager Jean-François Bourlart a commenté ce classement. "C’est interpellant mais la première semaine de ce Tour a été très dure avec beaucoup de chutes. Nous par exemple, on a 5 coureurs sur 8 qui sont tombés sur la première étape. Ce tableau des gains ne reflète pas nécessairement ce qui se passe en course. On peut être souvent à l’image, souvent bien dans la course et ne pas récolter beaucoup de prix au final. Mais c’est quand même un indicateur", reconnaît Bourlart.

C’est dommage quand on investit tant d’argent de courir aussi mal

Nos consultants en course ont également commenté les prestations de l’équipe britannique. Cyril Saugrain était d’ailleurs assez remonté suite à une (nouvelle) erreur tactique des 'Grenadiers' lors de la 15e étape. "C’est dommage quand on investit tant d’argent de courir aussi mal", a lâché Saugrain qui avait vu une belle opportunité d’isoler Pogacar en bas du Col de Porte. "C’est dans ces moments-là où il faut être en mesure de faire la bagarre. Si l’équipe Ineos n’est pas prête à déclencher tôt, il faut abdiquer sur la potentielle victoire du Tour. Je pense qu’il faut au moins tenter. C’est regrettable de ne pas avoir saisi cette opportunité."

Gérard Bulens s’est également exprimé sur le sujet. "Cela me fait penser à une équipe qui a déjà abdiqué. Je pense que leur seul objectif, c’est sans doute de gagner une étape et plus de déstabiliser le Tour", estime-t-il.

Il faudra peut-être penser à diminuer les tout gros salaires pour obliger les coureurs à se bouger.

Les choix pour ce Tour de France ont notamment été mal faits selon Bulens. "On aurait pu utiliser un Bernal différemment. Le voir dans des autres courses pour tester son dos. Carapaz est un bon coureur mais ce n’est manifestement pas suffisant. Ce que j’ai vu au Giro m’avait quand même conforté. On avait vu une équipe très présente avec un Martinez et un Castroviejo notamment. Dans la tête de Brailsford, je pense qu’on veut remettre les pendules à l’heure et se remettre au travail pour le futur. Pour cette équipe qui est la plus riche au monde, il faudra revoir les choses et peut-être penser à diminuer les tout gros salaires pour obliger les coureurs à se bouger."

Articles recommandés pour vous