RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Zelensky, accusé par Amnesty International de mettre en danger les civils, dénonce le rapport

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 29 juillet 2022 montre le président Volodymyr Zelensky face aux journalistes lors d’une visite du port de la mer Noire de Chornomorsk.
05 août 2022 à 04:36Temps de lecture1 min
Par AFP, mis en ligne par K. Dero

Le président Volodymyr Zelensky a dénoncé jeudi soir le rapport de l’ONG Amnesty International, qui accuse Kiev de mettre en danger la vie des civils, dans la guerre avec la Russie.

Le fait de se trouver dans une position de défense ne dispense pas l’armée ukrainienne de respecter le droit international humanitaire

Dans un rapport publié jeudi après une enquête de quatre mois, Amnesty International a accusé l’armée ukrainienne d’établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques depuis des zones peuplées, une tactique qui viole selon elle le droit humanitaire international.

"Le fait de se trouver dans une position de défense ne dispense pas l’armée ukrainienne de respecter le droit international humanitaire", a déclaré Agnès Callamard, la secrétaire générale de l’ONG.

Amnesty "transfère la responsabilité de l’agresseur à la victime

Port de Berdiansk, le 4 août 2022, en pleine guerre contre la Russie
Invasion russe de l’Ukraine : la situation dans l’Est du pays
Un timonier au travail dans le port maritime de la ville de Berdiansk, le 4 août 2022, en pleine guerre entre la Russie et l’Ukraine.
Des civils ukrainiens participent à un entraînement militaire à Lviv, en Ukraine, le 3 août 2022, en pleine guerre entre l’Ukraine et la Russie.

Amnesty International "transfère la responsabilité de l’agresseur à la victime", a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans sa déclaration vidéo quotidienne, accusant l’ONG de "tenter d’amnistier l’Etat terroriste" de Russie.

Cela ne peut être toléré


A lire aussi : Guerre en Ukraine : les raisons du coup de torchon du président Zelensky à la tête de ses services secrets


"L’agression contre notre Etat est injustifiée, invasive et terroriste. Si quelqu’un rédige un rapport dans lequel la victime et l’agresseur sont d’une certaine manière mis sur un pied d’égalité, si certaines données sur la victime sont analysées et que les actions de l’agresseur sont ignorées, cela ne peut être toléré", a ajouté Volodymyr Zelensky.

A voir aussi, cet extrait du JT du 1er août :

Ukraine : le 1er navire de céréales a quitté le port d¿Odessa

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Amnesty ne justifie pas les attaques russes pour autant

Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, s’était dit "indigné" par les accusations "injustes" d’Amnesty International qui, selon lui, crée "un faux équilibre entre l’oppresseur et la victime, entre le pays qui détruit des centaines et des milliers de civils, de villes, de territoires et le pays qui se défend désespérément".

Amnesty International a toutefois, dans son rapport, insisté sur le fait que les tactiques ukrainiennes ne "justifient en aucun cas les attaques russes aveugles" qui ont frappé les populations civiles.

Sur le même sujet

Amnesty dit regretter la "colère" provoquée par un rapport sur l'Ukraine

Monde Europe

Direct – Guerre en Ukraine : l’Agence internationale pour l’énergie atomique de plus en plus inquiète pour la centrale nucléaire de Zaporijjia

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous