Grèves dans les services publics wallons: Alda Greoli veut résoudre les problèmes "majeurs"

Nouvelle grève des services publics

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 nov. 2017 à 14:58 - mise à jour 23 nov. 2017 à 14:58Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Agences

La ministre wallonne de la Fonction publique Alda Greoli relève deux problèmes "majeurs" dans l'accord signé par le précédent gouvernement avec les syndicats de la Fonction publique, mais elle assure vouloir les résoudre, a-t-elle indiqué jeudi, au lendemain de l'annonce par la CGSP et la CSC d'un préavis pour une grève le 30 novembre prochain dans les services publics wallons.

Les syndicats reprochent notamment à l'attelage MR-cdH de vouloir détricoter des accords passés avec le gouvernement PS-cdH en termes de réduction du temps de travail (pour les plus de 60 ans et les personnes en travail pénible afin de leur permettre d'aménager leur fin de carrière), ainsi que sur la possibilité pour des contractuels de devenir statutaires.

"Quels sont les problèmes ? Un, lorsqu'on est contractuel et que l'on souhaite devenir statutaire, il faut passer, comme n'importe quel Belge, une série d'épreuves. Dans la convention sectorielle, il est indiqué que les contractuels peuvent 'passer' par une autre voie, ce qui reviendrait à dire qu'ils peuvent dépasser tous les autres Belges", relève Mme Greoli (cdH). Ce problème constitutionnel, déjà relevé par le Conseil d'État, "je veux qu'il soit résolu".

Problèmes non résolus

Un deuxième problème "majeur" concerne la réduction du temps de travail. "Le ministre fédéral des Pensions (le MR Daniel Bacquelaine, NDLR) nous avertit du danger d'une diminution de la pension de ces personnes parce que celle-ci est proratisée au niveau du temps de travail. J'ai demandé toutes les explications pour être certaine qu'il n'y ait pas de conséquence pour ces personnes en termes de droit à la pension."

La ministre affirme que les syndicats eux-mêmes soulèvent d'autres problèmes non résolus, comme la manière de compenser la réduction du temps de travail. "Ils soulignent aussi la difficulté pour ceux qui effectuent un travail sept jours sur sept".

"L'accord signé par l'ancien gouvernement est-il applicable ou non ? Ce que je demande, c'est que l'on travaille sur les difficultés pour pouvoir résoudre tous ces problèmes dans le débat. J'ai dit aux délégations syndicales que je voulais m'inscrire dans le dialogue. Ce que je constate, c'est que lorsque l'on s'inscrit dans le dialogue, les syndicats font grève. Je continuerai quant à moi à m'inscrire dans le dialogue", affirme la ministre.

Sur le même sujet