RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Grève dans les services publics: le point sur les perturbations

Les syndicats attendent une dizaine de milliers de manifestants ce mardi dans les rues de Bruxelles.

Une grande manifestation est prévue ce mardi matin, à Bruxelles, à l'appel de tous les syndicats contre les mesures du gouvernement Michel. Il y a aussi un mouvement de grève à l'appel de la CGSP.

Les manifestants défileront une nouvelle fois pour dénoncer les mesures d'économies décidées par le fédéral qui ont un impact sur le service au public mais aussi sur les conditions de travail du personnel. Autres points qui fâchent: le recul de l'âge des pensions, la volonté d’instaurer un service minium, les restructurations dans les ministères, la SNCB… Bref, chez les agents, c’est le ras-le-bol général.

Cette action a évidemment des conséquences ce matin. Voici, région par région, un topo des perturbations relevées depuis tôt ce mardi.

Hainaut

A Charleroi, il n’y aura "ni bus, ni train, ni tram", déclare Etienne Libert, le secrétaire régional de la CGSP Charleroi. Des piquets seront aussi installés devant les administrations communales, au FOREM/ONEM, devant le bâtiment ORES à la rue de Montigny…

Les bureaux de l'Onem sont donc bloqués à Charleroi et à La Louvière. "Le Forem tourne au ralenti aujourd'hui/mardi et si cela tourne, ce sera principalement pour la formation", précise Stéphanie Wyard, porte-parole du Forem. Du côté de l'Onem, aucun piquet de grève n'a été placé devant le siège central. Des piquets ont toutefois été installés à Charleroi et La Louvière. "Là, le personnel ne peut pas travailler mais nous allons proposer du télétravail autant que possible", précise la direction de la communication de l'Office. Les autres bureaux fonctionnent normalement jusqu'à présent.

Au niveau des écoles, un mot d’ordre a été lancé mais il n’y aura pas de piquets. "Chaque école s’organisera, mais tous ceux qui se déclareront en grève seront couverts."

Et la situation sera difficile aussi dans d'autres secteurs. La distribution du courrier sera très perturbée et de nombreux guichets seront fermés. Grosses perturbations annoncées également dans les intercommunales, avec - par exemple - un impact sur les collectes de déchets et l'ouverture des parcs à conteneurs. Par contre, les hôpitaux publics devraient fonctionner plus ou moins normalement et l'aéroport de Charleroi ne devrait a priori pas être impacté par cette action.

Enfin, on notera encore que la CSC, elle, n’organise pas de piquets mais sera à Bruxelles pour une manifestation.

Du côté des TEC, 30% des bus roulent à Mons, 20% dans le Borinage mais aucun sur Soignies et La Louvière.

Pas de train pour acheminer les manifestants vers Bruxelles

Les syndicats attendent au moins 10 000 militants aujourd'hui à Bruxelles pour cette grande manifestation. Ils viendront exprimer leur colère face au désinvestissement dans les services publics. Le problème, c’est que les cheminots sont eux-aussi en grève : les manifestants ne pourront donc pas rejoindre Bruxelles en train. Du coup, les bureaux régionaux des syndicats ont opté pour différentes stratégies. Par exemple, le bureau hainuyer de la CSC Services publics a réservé des autocars pour ses militants. Des départs sont prévus ce mardi matin depuis Mons, Tournai, La Louvière, Mouscron, Ath, Saint-Ghislain et Soignies. L'objectif pour la CSC est donc d'amener un maximum de ses militants à Bruxelles. Ce n'est pas le cas de la CGSP, qui a prévu des actions régionales.

Il faut donc s'attendre à des rassemblements en Hainaut : la CGSP en a prévu un à Mons à 10h30. Les militants montois partiront en cortège vers la gare de Mons, par solidarité avec les cheminots. Ils passeront ensuite par le piquet de grève des agents pénitentiaires de la prison de Mons et termineront à la Grand Place, où des syndicalistes prendront la parole. Un mannequin représentant Charles Michel sera décapité. Des militants CGSP de Wallonnie Picarde participeront également à ce rassemblement à Mons.

Certains militants tournaisiens de la CGSP resteront dans la Cité aux 5 Clochers pour une petite marche, notamment les grévistes de la prison.

Namur et Brabant wallon

Chose inhabituelle : c'est le blocage complet en région namuroise. Aucun bus n'est sorti des dépôts ce matin. Que ce soit à Namur, Florennes, Ohey, Onoz... C'est la paralysie totale, la grève touche tous les dépôts.

En Brabant wallon, la situation est plus contrastée : 10% des chauffeurs ont pris leur service au dépôt de Baulers (Nivelles) ; seuls 2 chauffeurs sont sortis à Jodoigne. A Chastres, c'est du 50-50.  On annonce un bus sur 2 en moyenne. On nous signale également que les bus Conforto (vers Bruxelles) circulent normalement.

Autre perturbation : sur le rail. Là aussi, très peu de chance d'avoir son train. En gare de Namur, on retrouve le mot "annulé" à côté de la plupart des trains.

L’administration régionale n’est pas en grève, mais elle est aussi impactée (au même titre que les administrations communales).

Sinon, les écoles de la région resteront ouvertes mais certains profs seront en grève. Même situation dans les administrations où plusieurs services devraient tourner au ralenti aujourd’hui. A Sambreville par exemple, la commune sera carrément fermée. A Namur, des perturbations sont à prévoir en raison d'une manifestation annoncée devant l'Hôtel de ville vers 10h : la CGSP va procéder à l'enterrement des services publics, avant de prendre la direction de l'Elysette, à Jambes.

On annonce aussi une mobilisation devant l'Hôtel de ville de Wavre, la ville du Premier-Ministre Charles Michel.

Liège

- Transport: tous les bus du TEC Liège-Verviers sont restés au dépôt ce matin, et aucun train ne circule en province de Liège (et ailleurs en Wallonie). Les rares transports en commun qui prendront la route aujourd'hui, ce seront les cars des manifestants, au départ des Guillemins et de Coronmeuse à Liège, de Huy, de Waremme et de Hannut.

- Enseignement: cette fois, une forte mobilisation des enseignants. Ils seront 800 affiliés de la CSC à prendre la route ce matin aux quatre coins de la province. Conséquence au niveau de l’enseignement : les cours dans le libre et l'officiel dépendront de la présence des professeurs, mais des garderies seront bien sûr assurées. Quant à la CGSP, elle n'a prévu aucun car au départ de Liège. "On fera grève sur place", a précisé un de ses responsables, qui compte privilégier les piquets et les actions coups de poing.

Photo prise ce mardi par l'une de nos équipes en gare des Guillemins, à Liège.
Photo prise ce mardi par l'une de nos équipes en gare des Guillemins, à Liège. RTBF

Elles étaient 150 grévistes de la CGSP Enseignement à avoir rejoint le siège du MR, place Saint-Lambert à Liège, afin de montrer leur mécontentement face aux mesures du gouvernement libéral qui, pour elles, désavantagent les femmes.

- Courrier: de courrier ne sera pas distribué, comme c’était le cas hier (lundi) en Basse-Meuse, à Waremme et à Hannut. Des actions bloquent le centre de tri de bpost à Villers-le-Bouillet: une cinquantaine de grévistes s'y sont rassemblés et ils y empêchent tout mouvement. Des agents pénitentiaires, des ouvriers métallurgistes et des policiers notamment constituent la délégation syndicale qui forme ce piquet de grève. Ils empêchent tout camion d'entrer ou de sortir du centre de tri.

- Administrations: dans les administrations, ça fonctionne mais sur une jambe. Ainsi, à Liège, seules 4 des mairies de quartier sont accessibles: celles d'Angleur, Chênée, Rocourt et Sclessin. La Tour des Finances à Liège a été évacuée par les cheminots. Les manifestants bloquent l'accès aux travailleurs et au public.

- Hopitaux: dans les hôpitaux, les actions syndicales étaient planifiées donc les consultations ont été planifiées en fonction et les urgences seront bien sûr assurées.

- Entreprises: les actions d'aujourd'hui n'auront par contre aucun impact sur le fonctionnement des grosses entreprises privée de la région, telles qu'Acelor Mittal, la FN ou Prayon.

- Carburant: une centaine de manifestants, des agents pénitentiaires de la prison de Lantin, ont pris position devant le port pétrolier de Wandre dès 6h. Le blocage des différents accès du site est "partiel", a précisé Olivier Neirynck, directeur technique de Brafco, la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants. "L'accès via la rue de l'Indépendance est bloqué jusqu'à la sortie d'autoroute", explique Olivier Neirynck. "Par contre, les camions-citernes peuvent entrer dans le dépôt Total. Pour l'instant, la situation est moins pénalisante par rapport à celle du mois d'avril avec les manifestations contre la taxe kilométrique."

- Ecluse: L’écluse d'Yvot-Ramez est bloqué depuis ce lundi 22h. Une dizaine de bateaux sont bloqués et n'ont pas pu poursuivre leur chemin.

Bruxelles

Cette grève nationale a un impact important à la STIB. Les chauffeurs présents sont placés en priorité sur le métro ou les grandes lignes de trams. Le métro roule, donc, mais à fréquence moindre : toutes les 5 à 10 minutes dans le centre ; et toutes les 20 minutes environ en périphérie. Les stations plus éloignées du centre sont donc plus impactées.

Du côté des trams, 7 lignes roulent sur 17. La 3 et 4, les 92 et 94 ou encore les 7, 51 et 82… soit les plus fréquentées ; mais les trams y sont plus espacés. Et pour les bus, 10 lignes sur 50, dont le 71 (qui dessert l'ULB) et le 21 (vers l'aéroport de Zaventem). Pour ces deux transports, on a entre 50 et 70% de la fréquence habituelle sur les lignes actives ce mardi matin.

Pas de perturbations signalées du côté de Belgocontrol à ce stade.

Au niveau de la circulation, on s'en doute, le trafic est particulièrement dense. De gros embarras de circulation sont signalés sur la petite ceinture et les axes avoisinants. Conséquence: les Bruxellois sont nombreux à avoir opté pour le vélo ce mardi, pour se déplacer dans la capitale. Et les Villo! - les fameux vélos partagés - sont ainsi fortement utilisés. Peu de taxis roulent, par ailleurs.

Photo prise aux abords du rond-point Montgomery : beaucoup de cyclistes remontent les files de voitures.
Photo prise aux abords du rond-point Montgomery : beaucoup de cyclistes remontent les files de voitures. RTBF

En Flandre

En Flandre, les perturbations les plus importantes sont signalées à Anvers, où moins de la moitié des bus De Lijn circule, tandis qu'un peu moins de trois quarts des conducteurs de tram ont pris les commandes de leur véhicule. Dans les régions de Malines et de Turnhout, environ trois quarts des bus assurent leur service.

Dans le Brabant flamand, peu de chauffeurs se sont présentés à Dilbeek. Par conséquent, presqu'aucun bus ne roule entre Bruxelles et Ninove et entre Bruxelles et Leerbeek. La situation est similaire dans le Pajottenland.

A Louvain, des perturbations sont observées sur les lignes qui desservent la ville et sa périphérie. En revanche, la circulation est relativement fluide dans l'ensemble de la région. A Grimbergen, les perturbations sont limitées, bien que certains trajets sur la ligne reliant Grimbergen et la capitale ont déjà été annulés.

Le réseau urbain à Gand est quant à lui lourdement touché par les actions. Dans le reste de la province de Flandre orientale, un bus sur deux circule. Enfin dans le Limbourg et en Flandre occidentale, les problèmes se concentrent plus spécifiquement dans les villes de Genk, Hasselt et Bruges. Ailleurs, le service est assuré à environ 75%.

La plupart des trams de la Côte circulent normalement.

Quant à la situation sur le rail flamand, la NMBS annonce que près de 40% des trains roulent au nord du pays.

Loading...

En province de Luxembourg

La CGSP -Luxembourg organise ce mardi matin un rassemblement de militants à Arlon. Ceux-ci se dirigeront vers la prison puis se rendront place Didier, à la rencontre des fonctionnaires wallons.

Des piquets de grèves sont aussi prévus à Libramont, devant la gare et le Forem.

Par contre, il n'y aura finalement pas de piquets à la prison de Saint-Hubert ; les gardiens allant manifester à Bruxelles. A noter que la CSC-Luxembourg a organisé trois cars pour ses affiliés.

Pour le reste, aucun train ne circulera (comme partout en Wallonie) et des perturbations sont à prévoir dans certaines administrations, les écoles, les bureaux de poste… Le TEC est également perturbé. Seule différence avec le reste de la Wallonie : les bus des sociétés privées roulent normalement.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous