Athlétisme

Genou à terre ou poing levé, deux sportifs américains protestent sur les podiums des Jeux Panaméricains

Loading...
11 août 2019 à 09:12 - mise à jour 11 août 2019 à 09:12Temps de lecture1 min
Par Martin Weynants

La politique de Donald Trump fait des vagues jusque sur les podiums des Jeux Panaméricains, qui se déroulent actuellement à Lima au Pérou.

L’escrimeur Race Imboden et la lanceuse de marteau Gwen Berry ont décidé d’utiliser la caisse de résonance des Pan Am Games pour afficher leur opposition et appeler "au changement".

"Je suis honoré de représenter le TEAM USA aux Pan Am Games et de ramener l’or et le bronze à la maison. Ma fierté a malgré tout été atténuée par certaines faiblesses du pays qui me tient à cœur", a posté le fleurettiste sur Twitter. "Le racisme, le contrôle de la vente d’arme, la maltraitance envers les immigrés et un président qui répand la haine figurent en tête de cette liste."

Après avoir brillé sur la piste, Imboden a donc décidé de marquer le coup sur le podium. Au moment de l’hymne américain, il a mis un genou à terre, geste popularisé par le footballeur américain Colin Kaepernick. En 2016, il avait protesté de cette manière contre la brutalité policière. Kaepernick avait été vertement critiqué par Donald Trump à l’époque.

"J’ai choisi de sacrifier mon moment sur le podium pour attirer l’attention sur ces problèmes. J’encourage les autres à utiliser leur tribune pour l’autonomisation et le changement", a précisé Imboden.

Son appel a été entendu par sa compatriote Gwen Berry. Après sa victoire au marteau, la détentrice du record national a levé un poing serré et baissé la tête sur le podium. Une attitude qui renvoie directement aux JO de Mexico en 1968. Tommie Smith et John Carlos, gantés de noir, avaient pris la même posture lors de la cérémonie protocolaire du 200m pour dénoncer le racisme et l’exclusion dont souffrent les Afro-Américains. Ce geste avait coûté leur médaille aux deux sprinteurs en raison du non-respect de la charte olympique.

Un demi-siècle plus tard, certains vieux démons resurgissent et la société américaine reste fracturée.

Loading...
Loading...