Génération 21 : Mangrove

Génération 21
24 juin 2020 à 20:05Temps de lecture1 min
Par Pierre Paulus

Après notre halte qui s’est un peu prolongée dans la région de Chimay, cap sur Liège à la découverte du groupe Mangrove qui procure à la cité ardente des airs de cité aride.

Le visuel du premier EP de Mangrove, un quatre-titres intitulé "Ogun Ferraille" traduit bien le métissage à la fois sonore et humain du groupe. Si la photo de la pochette de l’EP inspire une colline ivoirienne, il s’agit en fait de sédiments immortalisés dans le port industriel de Liège.

Cette image illustre la musique naturellement organique de Mangrove, nom qui renvoie aux récifs sous-marins, dont le groupe, une fois à la surface, dans son récif terrien qu’est la scène, communique toute sa transe psychédélique.

Une transe aussi tribale que virale à l’origine de laquelle on retrouve Mathieu Labaye, réalisateur à la vie, claviériste à l’envie. Ses démos goupillées sur un multipiste ont croisé la sensibilité d’Antoine Michel, batteur de Ghinzu, qui a lui-même convaincu Michov Gillet, de Superlux, de se joindre à l’aventure. Une aventure complétée par Alexandre Falcone, complice de Mathieu pour ses musiques de film.

Un mariage et un chantier plus tard, le quartet s’étoffe encore, et de quelle manière ! S’ajoutent à la troupe Brahim Alioun Fall, mieux connu sous le nom de Waraba en Mauritanie, où son slow wolof y est légendaire, ainsi que Gaëtan Streel, artiste dont la variété des facettes est tout aussi légendaire à Liège. L’un et l’autre apportent leur voix, comme deux instruments rythmiques, histoire de rendre Mangrove encore plus atypique. Encore plus groove. C’est que pour Mangrove, au plus ça groove, au mieux c’est… Et qu’est-ce que c’est bon !

Mangrove // live at Koko

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

 

 

 

Sur le même sujet

Génération 21 : Bengal

Génération 21 : Virgin Prozak

Articles recommandés pour vous