France : Violences du 1er mai 2018, 18 mois de prison avec sursis requis contre Alexandre Benalla

30 sept. 2021 à 19:45Temps de lecture1 min
Par Belga

Le parquet a requis jeudi 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 500 euros d'amende à l'encontre de l'ancien chargé de mission de l'Élysée Alexandre Benalla, notamment pour les violences commises lors de la manifestation du 1er mai 2018, à l'origine d'un scandale politique retentissant.

Le ministère public a demandé que l'ex-proche collaborateur du président français Emmanuel Macron soit aussi condamné pour avoir utilisé frauduleusement des passeports diplomatiques et de service, ainsi que pour avoir porté un pistolet sans autorisation en 2017.


►►► À lire aussi : France : le procès d’Alexandre Benalla, un "signe négatif" qui parasite la route vers 2022 d’Emmanuel Macron


L'affaire Benalla, une cascade de révélations mettant en lumière les agissements de cet homme au cœur du dispositif de sécurité du président français, a secoué la première partie du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Le 1er mai 2018, présent dans le dispositif des forces de sécurité comme observateur, coiffé d'un casque des forces de l'ordre, Alexandre Benalla, inconnu du grand public, était filmé en train de molester des personnes en marge d'une manifestation émaillée de violences en plein cœur de Paris.

Le journal Le Monde révélait l'affaire au cœur de l'été 2018, précisant qu'il n'avait été sanctionné que d'une suspension de 15 jours et qu'il possédait toujours un bureau à l'Élysée.

 

Sur le même sujet: JT 13/09/2021

Début du procès Benalla en France

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Condamné à trois ans de prison pour "violences volontaires", Alexandre Benalla fera appel

Fin du procès Benalla, l’ex-proche collaborateur de Macron sera jugé le 5 novembre

Monde Europe