Belgique

Formation: après le nucléaire et le permis à point, le budget revient lundi

Formation: après le nucléaire et le permis à point, le budget revient lundi
11 sept. 2014 à 06:55 - mise à jour 11 sept. 2014 à 14:14Temps de lecture2 min
Par Céline Biourge

Nombreux sont les sujets à avoir demandé audience cette semaine : la justice, l'énergie, le survol de Bruxelles, la radicalisation. Tous ont été reçus mais sans encore aucune garantie. Ainsi le nucléaire et sa sortie sont rappelés à la table aujourd'hui. On ne connait pas les détails, mais on sait que les réacteurs de Doel 1 et 2, sensés fermer l'année prochaine, seraient prolongés de 10 ans.

Un autre dossier est poussé dans le dos par la Flandre. Il s'agit du permis à points. Pas vraiment une nouveauté car en 1990 , Jean-Luc Dehaene alors ministre des Communications, avait fait approuver le principe. Mais voilà, les applications étaient restées lettre morte. En raison notamment d'un manque de connexion entre les banques de données des permis et des condamnations.

L'idée revient surtout poussée par le CD&V et la N-VA. C'est dans leur programme et aussi, à l'ordre du jour du programme du gouvernement flamand.

L'Open VLD, troisième parti de la probable coalition fédérale et membre du gouvernement flamand, est donc également partisan de ce permis.

Mais un partisan moins ardent que les autres. Car le parti libéral flamand s'inquiète pour les travailleurs qui ne pourraient plus exercer leur métier sans permis. Alors entrera-t-il ou pas dans l'accord ? Une question de plus.

Les réunions budgétaires devraient commencer la semaine prochaine

Vendredi, un invité de marque aux négociations : le budget. Lui ne fera pas antichambre.

Le comité de monitoring a été chargé de déterminer l'impact des nouveaux paramètres sur la situation budgétaire. Les prévisions de croissance ont été revues mercredi à la baisse. Le PIB ne croîtra que de 1,1% au lieu de 1,4% en 2014 et de 1,5% au lieu de 1,8% en 2015 et l'inflation devrait être plus élevée que prévu. Le manque à gagner pourrait dès lors s'élever à 570 millions d'euros.

En attendant, les négociateurs du MR, de la N-VA, du CD&V et de l'Open Vld poursuivent le travail entamé mercredi sur la justice et y adjoindront la sécurité.

Une des propositions sur la table a fait bondir le monde judiciaire. Elle permet au ministre de la Justice de choisir les futurs chefs de corps de l'ordre judiciaire entre deux voire plusieurs noms proposés par le Conseil supérieur de la Justice (CSJ).

Le CSJ a mis en garde la "suédoise" contre le risque de repolitiser la nomination des magistrats.

Dans l'entourage des négociateurs, l'on a précisé que la proposition se trouvait sur la table des discussions mais que le point n'était pas encore tranché.


Belga et RTBF

Sur le même sujet

Doel 1 et 2 prolongés de 10 ans: "une gaffe historique" pour Greenpeace

Belgique

La suédoise veut prolonger la vie des centrales nucléaires Doel 1 et 2

Belgique