Les secrets du métier

Formateur en alphabétisation : « L’éducation permanente pour les adultes est capitale »

Classe de formation en alphabétisation à Hotton
16 août 2022 à 06:01 - mise à jour 16 août 2022 à 08:37Temps de lecture2 min
Par Charline Halleux

C’est à Hotton, dans la province du Luxembourg que Joëlle a rendez-vous pour découvrir un nouveau métier, celui de coordinateur en projets interculturels. Au programme, l’importance de l’éducation permanente pour les adultes avec Jean-Luc Gosset.

Dans le pôle culturel de Hotton, plusieurs fois par semaine sont dispensées des activités de formation en alphabétisations français langue étrangère par l’Asbl "le miroir vagabond". L’association est reconnue en Education Permanente (EP) pour toutes sortes d’activités.

Pour ce passionné, l’important est d’être toujours dans une démarche positive et de partage, il n’est pas là pour juger ou pour faire la morale à ceux qui passent la porte de ces ateliers. Les cours d’alphabétisation en français langue étrangère permettent d' "apporter une langue orale ou écrite aux personnes pour leur permettre de s’émanciper dans la vie", précise-t-il.

Pour Jean-Luc, les mots ont leur importance. Il n’aime pas quand on parle d’aide, selon lui, le terme "accueil" est beaucoup plus approprié pour décrire ce qui se fait dans ce centre :

L’accueil est important car il faut rassurer la personne quand elle arrive ici, faire en sorte qu’elle se sente bien, qu’elle se sente exister. Cela lui montre que c’est elle qui est actrice de sa formation.

Tout le monde est le bienvenu ! Souvent, à ces activités de formation, sont présents aussi bien des demandeurs d’asiles que des gens qui séjournent sur le territoire et qui ont besoin de cours de français.

L’éducation permanente pour les adultes est capitale ! Pour ce coordinateur en projets interculturels, "les cours d’éducation permanente permettent l’émancipation des gens également, de prendre part à un débat et d’être citoyen. De pouvoir se positionner dans un projet de société, développer un meilleur sens critique".

On a tous quelque chose à transmettre à d’autres, c’est ce qu’il faut retenir de cette rencontre, comme l’explique Jean-Luc. "Nous, on a la position qui nous permet d’apprendre la langue ou d’autres informations sur la Belgique. On reçoit également car les apprenants nous transmettent aussi des choses, donc c’est un échange de culture. Pour moi c’est plus dans un échange que dans une optique de transmission de savoir", et c’est pour cela que ce métier le passionne autant !

Envie d’en savoir plus, les capsules " Les secrets du métier " sont diffusées les vendredis et dimanches à 20h08 sur La RTBF et disponible à tout moment sur Auvio.

 

Les secrets du métier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La Fédération Wallonie-Bruxelles, un allié pour les jeunes artistes

Les secrets du métier

Les marches Adeps "les points verts" : une activité pour tous qui fait du bien !

Les secrets du métier

Articles recommandés pour vous