Flagey : le défilé des fables et des saisons

Dirk Bouts / L'ascension des élus
29 oct. 2012 à 22:32Temps de lecture1 min
Par Philippe Dewolf

L’association entre B’Rock et Alexis Destoop pour l’apport visuel s’est donc délibérément limitée aux " saisons " de John Cage, quasi synchrones avec les mouvements des plans-séquences que l’artiste a tournés dans l’exposition où  l’on entend mettre en valeur les Fables du paysage flamand (Musée des Beaux-Arts de Lille). C’est le mérite d’Alexis Destoop d’être allé fouiller dans certains détails de tableaux qui sont souvent l’équivalent de miniatures. Il y a révélé ce qui n’apparaît guère au premier coup d’œil ou lors d’une visite trop rapide, superficielle. Ainsi, les brocarts du manteau dont est vêtu l’ange de Dirk Bouts (dans L’ascension des élus) sont-ils apparus comme s’ils étaient sortis de l’œuvre d’un artiste du 20èmesiècle -  Fernand Léger ou Juan Gris. Destoop a traité son sujet avec un souci de la progression quant au mode opératoire, avec certaines prouesses telles que l’illusion qu’un tableau de Jérôme Bosch aurait été peint en trois dimensions : la profondeur de champ comme élément " fabuleux ", il fallait y penser ! Le fin du fin a consisté à basculer d’une image dans l’autre par le recours au " morphing ", de même que Vivaldi semble s’être concerté avec Cage pour avoir un répondant à son Automne.

Ce jeu d’alternance entre images et musiques aurait encore gagné en pouvoir de séduction si les œuvres avaient été enchaînées sans temps d’arrêt, ou si l’image était venue anticiper sur la suite du concert. Théorbe luxueux, cascades vertigineuses au violon, les musiciens de B’Rock ont donné le relief nécessaire à un " tube " qui est tout autre chose qu’un décor sonore.

Le concert B’Rock : the eight seasons, avec les images d’Alexis Destoop, a été donné dans le cadre du Festival of the Imaginary, à Flagey, le 24 octobre 2012 .

Articles recommandés pour vous