Fin de la grève spontanée sur le rail, la SNCB condamne

Train à l'arrêt
14 mai 2012 à 03:21 - mise à jour 14 mai 2012 à 11:23Temps de lecture2 min
Par Mireille Smekens

La grève a touché les dépôts de Welkenraedt, Bertrix, Arlon, Jemelle, Gouvy et Namur. Au total, une soixantaine de trains ont été touchés. Même si le trafic a repris, des retards sont toujours à prévoir.

Infrabel conseillait aux voyageurs de se tenir informés de l'état du trafic ferroviaire via le site railtime.be.

Le SACT avait annoncé samedi avoir déposé un préavis de grève pour le 22 mai prochain afin de protester contre l'entrée en vigueur de tests psychotechniques pour les conducteurs.

Mais ce n'est pas ce qui a poussé à la grève de ce lundi. Le SACT explique qu'il s'agit d'une réaction émotionnelle face à l'accident de Godinne survenu vendredi.

"Cet accident nous rappelle à quel point la sécurité sur le rail est loin d'être optimale, tant pour les usagers que pour les cheminots. Un des conducteurs doit la vie à un véritable miracle, il n'y a pas d'autre mot", indique le syndicat qui a soutenu l'action.

Le SACT constate également que des problèmes de signalisation se sont produits sur cette ligne les jours précédents.

Ce mouvement "ne respecte pas le dialogue social statutaire", a de son côté réagi la compagnie de chemins de fer qui "va dès lors demander l'application des dispositions réglementaires vis-à-vis des agents qui ont abandonné leur service".

Même constat du côté de Paul Magnette, ministre des Entreprises publiques. "En l'occurrence, ce syndicat doit respecter les mécanismes et les règles de concertation prévoyant notamment un préavis de grève", rappelle-t-il dans un communiqué.

"Seul le vrai dialogue social est garant tant des intérêts des travailleurs que de ceux des usagers et de la qualité des services auxquels ils ont droit. La concertation sociale est d'autant plus importante en cette période où la SNCB doit rencontrer de nombreux défis", ajoute le ministre.

"Exploitation indigne de l'accident de Godinne"

"Alors que les opérations de secours sont toujours en cours à Godinne, Infrabel, SNCB et B-Logistics regrettent vivement l'exploitation qui est faite de l'accident par le Syndicat Autonome des Conducteurs de Trains (SACT)", estiment lundi les trois opérateurs dans un communiqué commun.

"Il est particulièrement indigne, de la part de ce syndicat non reconnu par le groupe SNCB de justifier le mouvement de grève sauvage qui a pénalisé aujourd'hui de nombreux navetteurs par l'accident de Godinne alors que ce même syndicat avait déjà décidé et annoncé des actions sociales avant l'accident", ajoutent-ils.

RTBF et Belga

La grève des conducteurs de trains est-elle légale ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

SNCB: le SACT lève son préavis de grève pour le 22 mai

Economie

Grève SNCB: faut-il assurer un service minimum? Relisez notre chat

Belgique