Festivités du 21 juillet: faut-il avoir peur d'y participer?

Festivités du 21 juillet: faut-il avoir peur de participer?
20 juil. 2015 à 05:29 - mise à jour 20 juil. 2015 à 05:29Temps de lecture1 min
Par Céline Biourge

Un 21 juillet festif, c'est ce que souhaitent les autorités du pays, les services de sécurité en tête. Mais depuis les attentats de Charlie Hebdo en France et ceux déjoués de Verviers, le climat a changé. Les policiers, eux-mêmes, ont réclamé une attention toute particulière à l'événement, même si le niveau de la menace n'a pas pour autant été rehaussé.

Alors, faut-il avoir peur de participer aux festivités du 21 juillet ?

La semaine dernière on a pu percevoir une certaine fébrilité dans les rangs policiers, cibles privilégiées de menaces terroristes. Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), y a répondu de manière ferme : "Le défilé et le village policier dans le parc royal sont maintenus". Le ministre  parle de "mesures de protection élevées plus que nécessaires pour ce genre de manifestation".

Il faut dire que l'OCAM, l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace n'a pas relevé le niveau de vigilance pour le 21 juillet, il reste au niveau 2. Le niveau 3 est, par contre, toujours de mise pour certaines institutions, pour les policiers et commissariats notamment.

C'est la police de Bruxelles qui supervise l'encadrement de cette journée. Sur les mesures de sécurité, on reste bien sûr très discret : "Nous prenons toujours les mesures nécessaires qui s’imposent afin d’encadrer ce genre d’événement", explique le commissaire Christian De Coninck.

Quant à la question de savoir s'il ne veut pas en faire un événement hyper sécurisé, il répond : "Ca doit rester une fête. Les mesures qui sont prises sont des mesures que nous estimons, en tant que policiers, être utiles et nécessaires. Bien sûr aussi, discrètes".

En moyenne 300 000 personnes participent aux différentes festivités du 21 juillet.

Articles recommandés pour vous