Fadel Lahoussine, pour un Molenbeek plus juste et durable

À 69 ans, Fadel Lahoussine est encore et toujours investi pour rendre sa commune, Molenbeek-Saint-Jean, plus verte et plus durable. Impliqué dans un projet d’habitation passive pour des familles en situation précaire, il a également créé un potager collectif qui offre aux habitants du quartier et des alentours un espace de partage et d’évasion, en plein centre urbain.

L’histoire débute en 2000, lorsque Fadel Lahoussine accompagné de sa femme, Fadma Amine, et leurs trois enfants quittent le Maroc et viennent définitivement s’installer à Bruxelles. À cette époque, la problématique des logements dans notre capitale était déjà criante. Surtout pour les familles à revenus modestes ou d’origines étrangères. "C’était très difficile, voire impossible, de trouver un logement décent et suffisamment grand pour accueillir toute la famille… On a finalement trouvé un appartement à Étangs Noirs. Il était dans un piteux état. On a rapidement déménagé à Anderlecht dans un appartement de 56 m2. À cinq, on n’avait aucune intimité…"

Pour Fadel et sa famille, trouver un logement décent et abordable était devenu un combat quotidien. À plusieurs reprises, l’homme fond en larmes, mais il gardera toujours espoir. "Un beau jour, en 2002, j’ai été accueilli par Geert Depauw à la Maison de quartier Bonnevie à Molenbeek. Il m’a présenté un projet d’habitat groupé et m’a demandé si ça m’intéressait. J’ai tout de suite dit oui ! Deux ans plus tard, en 2004, j’ai reçu un coup de téléphone qui m’annonçait que notre participation au projet était confirmée. C’était magnifique." La famille allait enfin pouvoir se projeter dans un logement adapté à leurs besoins.

Naissance de L’Espoir, l’habitat groupé passif et solidaire

En 2004, 14 familles nombreuses à bas revenus embarquent dans l’aventure, accompagnées par la Maison de Quartier Bonnevie, le Cire (ASBL Coordination et Initiatives pour et avec les Réfugiés et Étrangers), la commune de Molenbeek-Saint-Jean et le Fonds du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale. Ensemble, ils élaborent le cahier des charges, sélectionnent un architecte, suivent les travaux et organisent la copropriété.

Une attention particulière est accordée à la réduction de l’impact environnemental des futures habitations. Baptisé L’Espoir, l’habitat groupé est donc passif. Il permet aux familles d’économiser sur leurs factures énergétiques et de poser un geste fort pour la planète. Un projet novateur qui intègre un volet social et écologique. Les 14 familles impliquées ont pu acquérir les logements au prix coûtant (entre 148.000€ et 203.000€) et s’y installer en 2010.

"Je n’avais jamais imaginé participer à un tel projet. Quand ils m’ont appelé, c’était comme un rêve qui devenait réalité. J’y habite depuis plus de 10 ans et c’est un véritable bonheur. Les 14 familles sont de nationalités différentes. Il y a un beau mélange de cultures et surtout un vivre-ensemble."

L'Espoir
L'Espoir Fadel Lahoussine

Jardin Majorelle, un clin d’œil au Maroc

Installé depuis 2010 à Molenbeek, Fadel est très soucieux de la propreté de sa commune. Lorsqu’il trouve des dépôts clandestins en rue, il prévient les autorités et propose des solutions durables pour résoudre le problème. C’est comme ça qu’en 2011 naît le Jardin Majorelle, en clin d’œil au jardin botanique du même nom à Marrakech. "À côté de l’habitat groupé, un terrain était laissé à l’abandon. Les gens venaient y déposer leurs déchets clandestinement. Quand j’ai vu ça, avec Mustapha Mechbal, on a été demander aux autorités si on pouvait récupérer le terrain et en faire un potager collectif, semi-public."

Au début soutenu par l’opération Quartier Durable de la Région bruxelloise, le potager collectif s’est bien développé pour devenir aujourd’hui un lieu incroyable de partage et d’évasion. "Passer une journée au Jardin Majorelle, c’est comme prendre une semaine de vacances ! C’est tellement dépaysant. Il y a un beau mélange de couleurs et une incroyable biodiversité grâce aux différentes fleurs, aux arbres fruitiers, aux légumes, etc. On a une petite serre, des poules, une mare avec quelques poissons, des abeilles qui viennent butiner et des papillons. C’est vraiment magnifique."

Le Jardin Majorelle est accessible à tous, les mercredis et dimanches de 14 à 17h. De nombreuses personnes viennent simplement s’y promener et déguster un thé à la menthe accompagné d’une sucrerie marocaine. Mais il est également possible de s’inscrire comme jardinier. Actuellement, environ 15 jardiniers travaillent main dans la main à l’entretien du potager. "Il y a des personnes de tous âges et de tous horizons. On cultive de façon collective. Lors de la récolte, on redistribue les fruits et légumes aux jardiniers dans un premier temps. Ensuite, à certaines associations ou au Logement Molenbeekois, situé juste à côté du potager. Nous, on ne vend rien du tout !"

Conscientiser à l’écologie

Le respect de la nature et le travail de la terre ont accompagné Fadel tout au long de sa vie.  "Mon papa avait une petite ferme au Maroc où il faisait pousser des tomates, etc. J’ai grandi là-dedans. Le respect de l’environnement a toujours eu une place importante dans mon cœur. Au Jardin Majorelle, j’essaye toujours de conscientiser les gens à l’écologie. Leur expliquer les bons gestes à adopter et ceux qu’il faut absolument éviter."

Dans tous ces projets, Fadel est bien entendu accompagné par sa femme Fadma Amine. "Elle est très méritante car elle a énormément travaillé à l’élaboration de tous ces projets. Elle est, par exemple, coordinatrice de l’ASBL L’Espoir qui organise aujourd’hui de nombreuses actions, par exemple des ramassages de déchets avec les jeunes du quartier." Le couple attache beaucoup d’importance à ce genre d’initiatives citoyennes. " On s’est dit que la Belgique nous avait énormément apporté. Il fallait, nous aussi, qu’on donne quelque chose en retour. Développer ce genre de projet nous permet d’avoir un impact positif pour la planète, mais aussi pour le vivre-ensemble, ici en Belgique."

Ensemble pour la planète, des contenus pour comprendre et agir à retrouver sur RTBF. be et RTBF AUVIO !

 

Articles recommandés pour vous