Initiatives locales

« Été solidaire », ou quand job d’été rime avec solidarité

04 août 2022 à 13:32Temps de lecture3 min
Par Arno Goies avec Télésambre, Boukè et Notélé

Se faire de l’argent de poche tout en effectuant un travail porteur de sens, c’est l’idée d’" Eté solidaire ". Dans toute la Wallonie, 2.900 étudiants sont employés en tant que jobiste par le biais de cette opération de la Région wallonne. Un premier contact avec le monde du travail sous le signe de la solidarité !

Retour au début de l’été. Alors que les examens avaient pris fin quelques semaines (voire quelques jours) auparavant, plusieurs étudiants s’attelaient à donner un coup de neuf à la cour d’une garderie de Châtelet. Dans la commune, 36 jeunes étaient inscrits cet été pour travailler dans le cadre de l’opération " Eté solidaire ". Jusqu’à début août, ces néo-travailleurs se sont attaqués à différents projets au fil des semaines.

Le premier projet est sur la Place Wilson auprès du Plan de Cohésion Sociale (PCS) ", expliquait alors Cédric Bachy, le chargé de communication du Plan de Cohésion Sociale de Châtelet, à Télésambre. " On nettoie la cour, le mur, on va aussi embellir les parterres de fleurs. Le deuxième projet se trouve au centre Communautaire de Bouffioulx qui appartient au CPAS. Là, il s’agira de réaménager le local qui sert pour l’insertion sociale. Et le troisième projet est pour le Logis Châtelettain et la Régie des Quartiers, ils devront embellir les immeubles. "

Depuis 1994, " Été solidaire " est financé par la région wallonne afin de permettre aux jeunes de rentrer dans le monde du travail par le biais d’une première expérience professionnelle. Une aide précieuse pour ces jeunes qui ont parfois des difficultés à trouver un job étudiant en raison de leur manque d’expérience.

On est vraiment dans les conditions d’un job étudiant car les jeunes ont dû passer un entretien d’embauche, il y a des horaires imposés donc ils doivent se présenter à l’heure le matin. Cela leur permet également de s’impliquer dans leur quartier ", indique Cédric Bachy.

Loading...

Solidarité et cohésion sociale

À Walcourt, 10 jeunes âgés de 15 à 21 ans ont décidé de mettre leur temps libre au service de la commune et de ses citoyens. Durant le mois de juillet, ils ont notamment rénové un module situé dans le Bois de Thy. " C’est un lieu de permanence sociale, j’y accueille une majorité de personnes demandeuses d’un soutien financier ou administratif ", explique Alain Dardenne, agent pour le Plan Habitat Permanent de Walcourt, à Boukè.

Présent depuis 2011, le module avait grandement besoin d’être rafraîchi. " Il faut savoir qu’il y avoir des taches de peintures bleues partout donc on a tout remis en couleur, que ce soit l’extérieur ou l’intérieur ", récapitule Charline, une jobiste. " Dehors, on a fait un coffrage avec un bloc de béton pour pouvoir mettre un banc et des bacs à fleurs. Il y a des nichoirs, des hôtels à insectes… Franchement, ça va améliorer leur environnement. "

Walcourt – Un été solidaire pour 10 jeunes de la commune

En tout, ce sont 226 communes wallonnes, pour un total de 2.900 étudiants, qui prennent part à cette opération 2022. Concrètement, ils travaillent pour des communes et des CPAS, voire des ASBL liées au secteur associatif. L’objectif est double : apprentissage de la citoyenneté d’une part, premier contact avec le monde du travail d’autre part.

C’est notamment le cas à Ath où la ville a lancé un appel au monde associatif afin d’offrir un travail porteur de sens aux jeunes. Cette année, les étudiants ont participé au déménagement du musée d’histoire et de folklore. " Sur Ath, on essaie de les amener vers différents secteurs associatifs ou services qui existent dans la ville ", décrit Florence Adam, animatrice pour Action Jeunesse Info, à Notélé. " C’est vraiment dans le but de faire connaître ce secteur associatif mais également pour pouvoir partager des valeurs qui existent au sein d’une institution et leur montrer ce qui existent sur leur lieu de vie. "

Particularité de cette année, l’opération constituait un outil supplémentaire d’aide aux communes victimes des inondations de juillet 2021. Les communes sinistrées de catégorie I ont ainsi eu la possibilité d’engager 10 jeunes supplémentaires, les communes de catégorie II 6 jeunes supplémentaires et les communes de catégorie III 2 jeunes supplémentaires.

Articles recommandés pour vous