Espagne : "Mains propres", le syndicat anti-corruption, mis en cause pour extorsion

Miguel Bernad: Le secrétaire général de Manos Limpias (Mains propres) - organisation considérée comme étant d'extrême droite.
15 avr. 2016 à 14:35Temps de lecture1 min
Par Belga News

Le dirigeant de "Mains propres", un syndicat espagnol à l'origine de plaintes dans la plupart des grandes affaires de corruption, y compris celle impliquant la soeur et le beau-frère du roi, a été interpellé vendredi, soupçonné d'extorsion de fonds.

Outre Miguel Bernad, secrétaire général de Manos Limpias (Mains propres) - organisation considérée comme étant d'extrême droite -, le président d'une association d'usagers de la banque Ausbanc a également été arrêté, a-t-on appris de sources judiciaires.

Il s'agit de déterminer si ces associations ont pu exiger de l'argent d'entreprises, notamment de banques, en promettant - en échange - de ne pas provoquer l'ouverture de procédures judiciaires les visant ou de renoncer à des plaintes.

Ces associations, séparément ou ensemble, sont intervenues au titre de l'accusation populaire dans des scandales retentissants, comme l'affaire des cartes bancaires à débit illimité et sans contrôle utilisées à des fins personnelles par des dirigeants de Bankia. Plus de soixante personnes doivent être jugées dans le cadre de cette affaire, dont l'ancien directeur général du FMI Rodrigo Rato qui présidait la banque.

Manos Limpias est également partie prenante dans le grand procès pour détournement de fonds publics et fraude fiscale qui a fait s'asseoir sur le banc des accusés l'infante Cristina et son mari Inaki Urdangarin.

L'organisation n'était pas joignable vendredi pour répondre aux accusations.

 

Sur le même sujet