Eoliennes en mer du Nord: impact mitigé sur la biodiversité

Les impacts des éoliennes en mer ont été mesurés. Le bilan est contrasté
26 nov. 2013 à 14:21 - mise à jour 26 nov. 2013 à 15:21Temps de lecture1 min
Par Belga News

Ainsi, les scientifiques ont observé un grand nombre de poissons et d'invertébrés dans les parcs éoliens, profitant sans doute de l'absence d'activités de pêche et de la disponibilité en nourriture. Par ailleurs, la structure d'acier et de béton constituant la fondation des turbines se révèle un nouvel habitat pour toute une série d'espèces. Ces organismes attirent à leur tour des poissons dont ils sont la nourriture. Le rapport révèle que ces espèces de poissons sont en bonne santé.

Certaines espèces d'oiseaux, tel le Fou de Bassan, le guillemot ou le petit pingouin évitent les éoliennes, alors que le goéland marin ou la sterne sont attirées par les turbines et plus particulièrement par l'abondance de poissons.

Par ailleurs, le risque de collision avec une turbine est un danger bien réel pour des espèces tel le goéland.

Enfin, on note aussi que les opérations d'assemblage des éoliennes perturbent les marsouins jusqu'à une distance de 20 km.

Le Dr.Steven Degraer, coordinateur du programme de recherche belge, indique que les résultats obtenus soulignent des effets tant négatifs que positifs de la présence d'éoliennes en Mer du Nord. "Nous allons, lors de recherches à venir, tenté de comprendre mieux encore ces effets afin d'en déduire une gestion adéquate du parc éolien", explique-t-il. "Il est très important de pouvoir se faire une idée de ce que seront les effets cumulatifs des parcs à éoliennes lorsque la totalité des turbines prévues seront installées (530 en Belgique, 14 000 en Mer du Nord)".

Belga

Sur le même sujet

Taxe sur les mâts éoliens: des communes qui ne sont pas "pionnières" pressent le pas

Belgique

L'Allemagne donne le coup d'envoi de l'éolien dans ses propres mers

Articles recommandés pour vous