Regions Hainaut

En raison des températures, les éboueurs commencent une heure plus tôt : "On est moins claqués après"

Un horaire avancé pour des journées de travail moins chaudes.
26 juil. 2022 à 07:29Temps de lecture1 min
Par Pierre Wuidart

C’est un métier essentiel, pénible et plus difficile encore quand il fait chaud. Alors, pour soulager la tâche des éboueurs, certaines communes (ou intercommunales) adaptent les horaires. À Mouscron, lors des semaines les plus chaudes de juillet, les ramasseurs de poubelles ont commencé leur service à 5 heures plutôt que 6 heures.

Une heure, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour ces ouvriers de la société Dufour, ça veut dire beaucoup : "C’est bon pour nous quand il fait des grandes chaleurs. Quand on a fini, on est moins claqués", explique Pascal, 60 ans dont 33 à porter des poubelles et bientôt retraité (voir notre reportage audio ci-dessous). Son binôme et jobiste étudiant, Fiorenzo, 16 ans est du même avis : "À 10 heures, sous le soleil, on sue pas mal. Ça reste assez physique alors autant éviter le milieu de la journée".

Bientôt la retraite pour Pascal, l'éboueur (reportage audio)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et le chauffeur ? Pas planqué !

Carmelo, le chauffeur, est un peu moins exposé, mais il ne se planque pas dans sa cabine : "On a l’air conditionné, mais je l’utilise très peu. J’ouvre les carreaux et comme ça, j’entends les gars, s’ils ont besoin, s’ils m’appellent…"

L’horaire adapté permet d’alléger un peu ce travail lourd. "Un chargeur fait en moyenne un bon 20 kilomètres par jour. Et il charge environ 5 tonnes dans le camion par matinée", explique Christophe Denève, éco-conseiller à Mouscron.

Pascal porte les derniers sacs de sa longue carrière d’éboueur (33 ans).
Un horaire avancé et des pauses pour se désaltérer.
Fiorenzo, 16 ans, jobiste, découvre ce métier dur, mais particulièrement utile.

Les habitants doivent donc se lever tôt s’ils ne veulent pas rater le passage du camion. Ou, mieux, "déposer leurs poubelles la veille, à partir de 18 heures", précise l’échevine mouscronnoise de l’Environnement Ann Cloet. "Si on prend cette habitude, le changement d’heure ne pose donc pas de problème". Le reportage audio sur cette tournée avancée est à écouter ci-après.

Le ramassage avancé d'une heure (reportage audio)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous