Animaux de compagnie

En Chine, l'acupuncture, c'est aussi pour les chiens et les chats

En Chine, l'acupuncture c'est aussi pour les chiens et les chats.
17 août 2022 à 09:30Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Solidement sanglé, un caniche regarde avec inquiétude un vétérinaire lui planter de fines aiguilles dans le dos et les pattes : l'acupuncture pour chiens et chats séduit en Chine un nombre croissant de maîtres.

Même les lapins sont les bienvenus dans ce cabinet de médecine traditionnelle chinoise de Pékin, qui voit défiler du matin au soir des bêtes à poil de différentes tailles. Principale motivation des maîtres : offrir à leur animal un traitement moins invasif et avec moins d'effets secondaires que la médecine classique.

Une alternative à la chirurgie

"L'avantage de la médecine traditionnelle chinoise, c'est qu'il n'y a pas d'opération chirurgicale. Donc la souffrance et la convalescence de l'animal sont réduites", déclare Zhai Chunyu, 38 ans, venu avec Duniu, son caniche toy.

Agé de trois ans, il souffre de la maladie de Legg-Calvé-Perthes, qui atteint la tête et le col du fémur et conduit à leur tassement avec arthrose, douleur et claudication. "Il avait tellement mal qu'il ne pouvait plus poser la patte au sol" et "n'avait plus d'appétit", explique M. Zhai, qui travaille dans la finance. "Un médecin m'avait conseillé de faire une ablation de cette tête du fémur. Mais je ne voulais pas car j'ai un autre caniche qui est passé par là et il a beaucoup souffert de l'opération et des séquelles."

Un ami lui conseille alors d'essayer l'acupuncture dans ce cabinet, ouvert en 2016 par le vétérinaire Li Wen, 68 ans.

"Après cinq séances, on a vu les résultats. Duniu arrive à marcher et même un peu à courir maintenant", se félicite son maître.

Pour établir son diagnostic, le vétérinaire examine la corpulence de l'animal, ses yeux, la couleur de sa langue, prend son pouls et pose des questions au maître. Il plante ensuite ses aiguilles au niveau de points d'acupuncture spécifiques aux chiens et chats.

"Sur 10 animaux que je reçois en moyenne chaque jour, il y en a toujours un ou deux qui se rebiffent", explique Li Wen, 46 ans de métier. "Il faut communiquer avec eux, les traiter avec douceur, les rassurer sur le fait qu'on n'est pas là pour leur faire du mal." Pour contribuer à leur détente, il diffuse une musique douce de flûte de bambou et de gazouillis d'oiseaux.

Quand il n'y a pas d'autre traitement

Comme pour les humains, une fois les aiguilles plantées, le vétérinaire stimule les points avec une lampe chauffante dans laquelle ont été placés des disques d'armoise, une plante. C'est ce qu'on appelle la "moxibustion". Elle est censée permettre, en complément de l'acupuncture, de réduire les rhumatismes ainsi que les douleurs musculaires et articulaires.

Le vétérinaire s'occupe principalement de cas de paralysie, de faiblesse des membres, d'épilepsie, de douleur et de rétention urinaire. 

L'acupuncture peut également servir lorsqu'il n'existe pas d'autre traitement. Comme pour Xiaomei, un labrador mâle de 12 ans atteint d'une compression des nerfs au niveau des lombaires et d'un bec de perroquet à un os. "En septembre dernier, après avoir nagé, il n'est pas arrivé à se remettre debout sur ses pattes. Un vétérinaire nous a alors annoncé que c'était impossible de traiter et qu'il deviendrait paralysé", explique sa maîtresse Ma Li, 41 ans. "Grâce à l'acupuncture, il a encore des difficultés mais peut marcher normalement et même courir", se félicite-t-elle.

Tarif moyen de la séance : de 360 à 390 yuans (de 52 à 57 euros) selon les forfaits, ce qui reste acceptable pour la plupart des maîtres pékinois.

La tradition chinoise en complément à la médecine classique

"La première fois, il avait peur et a juste supporté pendant cinq minutes", explique Yang Lihua, une retraitée de 65 ans venue avec Niannian, son pékinois atteint d'une hernie discale. "Maintenant, il adore ça ! Après la séance, il est tellement détendu qu'il dort dans la voiture sur le chemin du retour."

L'acupuncture pour animaux est vieille d'environ six siècles en Chine, selon le professeur Li.

Elle était tout d'abord utilisée pour les vaches, moutons, chevaux, lapins ou poules. Son application pour les chiens et chats est plus récente.

"La médecine traditionnelle chinoise n'a pas vocation à remplacer la médecine classique" car "les deux ont leurs atouts" et sont "complémentaires", tient à souligner le professeur Li.

Le marché de l'acupuncture pour animaux reste limité pour le moment. "Mais depuis 2016, il gagne en popularité", explique le professeur Li. "Avec l'élévation du niveau d'études, des conditions de vie et des revenus, de plus en plus de gens se rendent compte des bénéfices de cette médecine."

A côté, l'imposant labrador de Mme Ma bondi sur le siège arrière de la voiture de sa maîtresse après sa séance, l'air ravi et la langue pendante : "Il n'a pas l'air heureux ?", sourit-elle.

Sur le même sujet

Selon une étude, la musique classique limite le stress d’un chien laissé seul à la maison

Journal du classique

Une entreprise sud-coréenne développe un collier qui traduit les émotions de votre chien

Vivacité

Articles recommandés pour vous