Belgique

En 5 ans, 9 avions militaires endommagés par des collisions avec des oiseaux

Un F16 de la Défense
05 mars 2012 à 15:25 - mise à jour 05 mars 2012 à 15:45Temps de lecture1 min
Par Belga News

Les dégâts matériels sont estimés à 862 000 euros.

Les dégâts les plus importants ont été causés à une entrée d'air d'Airbus A310 (entre-temps retiré du service), avec 426 539 euros. La réparation du fuselage d'un avion d'entraînement Alpha-Jet a coûté 233 100 euros et trois chasseurs F-16 ont subi des dommages d'un montant total de 140 000 euros, a précisé Pieter De Crem en réponse à une question écrite de la députée Karolien Grosemans (N-VA).

Quarante de ces collisions ont entraîné un retour à la base, quinze ont nécessité un atterrissage sur la base la plus proche et seize ont empêché le décollage. Aucune collision n'a entraîné de crash, a souligné le ministre.

Les coûts les plus élevés ont été enregistrés par le 15ème wing de transport aérien de Melsbroek. Aucun tiers n'a subi de dégâts.

"Techniques d'effarouchement" des oiseaux

Selon Pieter De Crem (CD&V), la Défense est pionnière en matière de prévention des collisions aviaires dans l'aéronautique belge. Elle se préoccupe notamment de la gestion de l'environnement pour rendre les bases peu attractives pour les oiseaux et utilise des "techniques d'effarouchement" voire, en dernier recours, la destruction des oiseaux.

La composante Air forme aussi ses pilotes et le personnel en appui aux opérations à ce risque.

Pour éviter les collisions aviaires, un suivi de la situation ornithologique et des conditions météo peut donner lieu à des "Bird Warning Messages" envoyés aux escadrilles.

Un système radar spécifique permet de déterminer la densité d'oiseaux dans l'espace aérien belge et d'envoyer des messages de restrictions de vol aux pilotes.


Belga