Regions Namur

Elections à Jemeppe-sur-Sambre: la fin de l'ère Joseph Daussogne ?

Elections à Jemeppe-sur-Sambre : La fin de l’ère Joseph Daussogne ?
23 août 2018 à 14:59 - mise à jour 23 août 2018 à 14:59Temps de lecture2 min
Par Monika Wachter

En octobre, le bourgmestre Joseph Daussogne aura 85 ans au compteur. Pourtant, il n’est pas prêt à abandonner la politique. Il est vrai qu’il a de l’expérience : 21 années comme bourgmestre précédées de 6 années comme échevin. Mais malgré ses ambitions, il ne part pas vraiment gagnant. Déjà en 2012, il avait perdu beaucoup de plumes. Il était passé de 2609 à 1621 voix de préférence, soit une perte de près de 40% ! En plus, il a été condamné en juin pour homicide involontaire par défaut de prévoyance pour le décès du concierge de la piscine de Moustier-sur-Sambre, mort des suites d’une légionellose. Mais il a bénéficié de la suspension du prononcé à cause du dépassement du délai raisonnable et n’a donc pas été condamné à une peine de prison même s’il a été jugé responsable. Cette casserole qu’il traine pourrait lui coûter des voix.

De l’eau dans le gaz chez les socialistes

Mais ce qui risque de lui coûter très cher, c’est qu’il y a de l’eau dans le gaz dans sa formation. Sa liste du mayeur a implosé et se présente en ordre dispersé. Joseph Daussogne a gardé deux de ses colistiers, l’échevine Béatrice Valkenborg, et le président du CPAS Jean Demaret.

Mais un de ses dauphins, le premier échevin Philippe Carlier, qui avait fait le deuxième score avec 1388 voix en 2012, ne figure plus sur la liste du mayeur. Le socialiste a préféré se désolidariser. Il a créé sa propre liste pluraliste progressiste, PepS. Il emmène avec lui deux autres échevins, Christophe Sevenants et Michel Gobert. Philippe Carlier pense sortir gagnant et faire le plein de voix.

En face, l’ancienne quadripartite s’est passée la bague au doigt pour se présenter sur une seule liste sous l’appellation JEM, pour " Jemeppe ensemble maintenant ". C’est la député fédérale Stéphanie Thoron, bourgmestre pendant une demi-législature avant d’être rejetée dans l’opposition, qui redevient la cheffe de file. Elle regroupe derrière elle les membres MR, cdH, Ecolo et le mouvement citoyen Jem’Bouge avec des personnalités connues avec comme objectif la majorité absolue. 

Défi, ex-FDF, se représente avec une liste complète. La moyenne d’âge est jeune, 35 ans seulement. La nouvelle tête de liste Frédéric Delcommene connu dans le milieu sportif espère constituer l’alternative aux deux formations classiques gauche – droite.

Un nouveau venu est la Droite citoyenne avec comme tête de liste Audrey Levêque. Elle espère attirer les frustrés et les déçus. Mais ce petit parti très à droite de la droite ne devrait pas venir perturber l’issue du scrutin.

Une majorité très serrée, des conseils communaux très houleux

Le paysage politique risque donc de changer en octobre 2018. Il y a déjà eu beaucoup de mouvement pendant cette législature à Jemeppe-sur-Sambre. Le fief socialiste du bourgmestre Joseph Daussogne avait perdu sa courte majorité en 2012 et s’est retrouvé dans l’opposition. Face à lui, les quatre partis d’opposition s’étaient liés contre lui pour prendre la tête de la commune. Mais avec un seul siège d’avance, la majorité a basculée. A mi-mandat, la situation s’est renversée et Joseph Daussogne est redevenu mayeur. Mais il serait étonnant qu’il reprenne sa place à la tête de la commune.

Articles recommandés pour vous