RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les éclaireurs

EGYPTE 2022 : Les hiéroglyphes

Nouvel angle dans la série " Egypte 2022 " : l’écriture ! Ce samedi 6 août 2022, Fabienne Vande Meerssche ((@fvandemeerssche) reçoit dans LES ECLAIREURS l’égyptologue Jean Winand, titulaire de la Chaire Unesco " Pour une science ouverte ! ". Jean Winand, formé à la philologie classique et orientale, dirige le Service d’égyptologie de l’ULiège et a co-créé le Projet Ramses (une base de données informatisée et annotée -accessible en ligne- rassemblant les textes écrits en néo-égyptien) et il a dirigé la publication de l’ouvrage " Les hiéroglyphes avant Champollion " publié à l’occasion de l’exposition (qui s’est tenue au printemps dernier au Grand Curtius de Liège.

DIFFUSION : samedi 6 août 2022 à 17h08’ et dimanche 7 août 2022 à 23h08’.

Jean Winand

Jean Winand est égyptologue et premier vice-recteur de l’ULiège. Licencié de ULiège en philologie classique (1983) et orientale (1984), agrégé de l’enseignement secondaire supérieur (1983), il a approfondi l’étude de la langue égyptienne à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de Paris et de l’écriture démotique à la KU Leuven. En 1989, il obtient son doctorat en langues et littératures orientales à l’Université de Liège. Il passe sa thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur en 2002.

Jean Winand a débuté sa carrière en tant qu’Aspirant FNRS avant de devenir Chercheur qualifié, puis Maitre de recherches FNRS (2002-2005). Maitre de recherches honoraire depuis son passage dans le corps académique, il est Professeur ordinaire au Département des sciences de l’Antiquité depuis 2006 et a été Maitre de conférences à l’ULB (2009-2019).

Son investissement dans la gouvernance de l’ULiège a débuté en tant que membre du Conseil Universitaire du Personnel scientifique, puis représentant du personnel scientifique au Conseil d’administration de l’Université et représentant du corps enseignant au sein de ce même Conseil (2011-2018). Il a également endossé les fonctions de président du Département des sciences de l’Antiquité (2004-2010) et doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres (2010-2017). Depuis 2018, il assume les fonctions de premier vice-recteur de l’université.

Jean Winand est aussi président du conseil scientifique du Musée de Mariemont. Il est lauréat du prix Anne-Liese Maier de la Fondation von Humboldt. Il est membre de la classe Lettres de l’Académie royale de Belgique depuis 2017.

Vice-recteur

En tant que premier vice-recteur de l’Université de Liège (depuis 2018), Jean Winand est en charge de la politique de développement et de gestion des sites géographiquement délocalisés (Gembloux et Arlon) ainsi que de l’image et du positionnement institutionnels de l’université. Il s’occupe de l’amélioration de l’organisation interne avec comme objectifs l’efficacité, la lisibilité et la légèreté dans le fonctionnement des différents organes. Jean Winand co-dirige aussi le programme de développement durable de l’université et coordonne le Pôle muséal et culturel qui gère les collections muséales de l’université. Il est également le superviseur académique du projet UNIC qui rassemble huit universités situées dans des villes post-industrielles.

Chaire Unesco

La toute première chaire UNESCO en Fédération Wallonie-Bruxelles a récemment été créée à l’ULiège. Celle-ci porte sur le domaine des Humanités, et plus précisément sur le concept de science ouverte, et Jean Winand en est le titulaire. Il y développe des activités, des cours, des colloques sur la thématique du savoir et la manière de réviser, évaluer, valider et diffuser les connaissances scientifiques. Il porte notamment un intérêt particulier à l’apport des sciences humaines pour démystifier les approximations scientifiques et les fake news.

Egyptologue

Jean Winand dirige le Service d’égyptologie de l’ULiège et s’intéresse à la linguistique et à la grammaire de l’égyptien ancien. Ses domaines de recherche portent sur la sémantique du temps et de l’aspect, la grammaire et la philologie du néo-égyptien, les moyens d’expression de l’idéologie pharaonique et les moyens et enjeux de la littérature égyptienne. Il étudie aussi la réception des hiéroglyphes à l’époque Baroque et durant la Renaissance.

Il a créé le projet Ramsès en 2006 avec Stéphane Polis. L’objectif était de créer une base de données informatisée et annotée rassemblant les textes écrits en néo-égyptien. Cette base de données est accessible en ligne depuis 2015. Le service d’égyptologie de l’ULiège a ainsi acquis une réputation internationale dans le traitement informatisé de l’égyptien ancien, et est un des leaders tant en Europe qu’aux États-Unis des projets touchant à l’étude de la langue égyptienne et de ses écritures.

Pour consulter les publications de Jean Winand, cliquez sur Orbi.

Pour consulter le blog de Jean Winand, cliquez ici.

« Les hiéroglyphes avant Champollion »

Le 27 septembre 1822 marque la naissance symbolique de l’égyptologie. C’est la date à laquelle Jean-François Champollion envoya sa célèbre lettre, au Secrétaire de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, où il expose les principes généraux de l’écriture hiéroglyphique. Deux cents ans plus tard, le service d’égyptologie de l’Université de Liège et le Pôle Muséal et Culturel de l’Université, en partenariat avec le Musée Curtius, ont célébré cette découverte qui ouvrit l’accès à un monde encore largement inconnu, celui de l’Égypte ancienne. Du 4 mars au 22 mai 2022 ont été exposés des éditions anciennes conservées pour l’essentiel à la bibliothèque de l’Université de Liège, des objets venus en prêt du Musée Curtius, du Musée de la Boverie, du Cabinet des Estampes de la Ville de Liège, du Musée royal de Mariemont et de la Bibliothèque royale de Belgique

L’exposition proposait également aux visiteurs des expériences mettant en œuvre les techniques de réalité augmentée et de réalité virtuelle.

Source : ULiège

Articles recommandés pour vous