Douceur exceptionnelle et records de température attendus pour la fin d’année : comment l’expliquer ?

27 déc. 2021 à 11:40 - mise à jour 30 déc. 2021 à 06:15Temps de lecture2 min
Par Daniela Prepeliuc

Cette dernière semaine de l’année sera dominée par une douceur exceptionnelle, voire historique. Des températures anormalement élevées pour cette période.

Pascal Mormal, météorologue à l’IRM, l’Institut Royal Météorologique :

On ne sera pas loin des records journaliers. On envisage des températures de 14 à 15 degrés à la station de Uccle pour les journées de mercredi, jeudi et vendredi. C’est quand même 8 à 9 degrés au-dessus des normales de saison. Habituellement, on est entre 5,5 et 6 degrés en cette période de l’année.

Va-t-on vers des records journaliers. "C’est tout à fait possible." poursuit le météorologue. Le 29 décembre 1925, on avait enregistré 13,9 degrés et 13,8 degrés le lendemain. Mercredi et jeudi, des records journaliers sont donc annoncés.

De la douceur. Mais côté ciel, il faut s’attendre à de l’instabilité, aussi. Et ce, jusque jeudi. Mardi sera marqué par de nombreuses périodes d’averses et beaucoup de vent avec des rafales jusqu’à 100 km/h au littoral. Mercredi et jeudi seront aussi arrosés par la pluie et du vent. Côté ciel, cela devrait s’améliorer d’ici la journée de vendredi.

Dreamwall

D’où vient cette douceur exceptionnelle ?

Pour trouver la réponse à cette question, il faut regarder ce qui se passe plus au sud de l’Europe. "Il y a un anticyclone centré sur la péninsule ibérique et une dépression au nord des Açores." explique Pascal Mormal. "Du coup, cette dépression joue le rôle de pompe aspirante. Et elle va accentuer cette remontée de flux de sud et donc cet air très doux. "

C’est donc bien de l’air subtropical qui remonte vers nos régions en plein hiver. "Ce qui est assez remarquable, si les chiffres se confirment, c’est que cette période exceptionnellement douce est, a priori, amenée à se prolonger au-delà de l’année prochaine. On va commencer l’année 2022 avec des valeurs qui seront au-dessus des normales de saison."

Masses d'air du 26 décembre 2021 au 1er janvier 2022

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et pour la Nouvelle année ?

Pour cette année, il est prévu des maxima entre 9 et 13/14 degrés : ce Nouvel An 2022 pourrait donc être le plus chaud jamais enregistré en Belgique.

Le record absolu pour un 31 décembre est de 13,8 degrés. C’était il y a seulement quatre ans, le 31 décembre 2017. En revanche, pour le jour de l’An le plus doux jamais enregistré, depuis 1892 à la station d’Uccle, il faut remonter au 1er janvier 2012 avec 13,6 degrés.

L’année passée, on a aussi connu un record journalier mais c’était quelques jours plus tôt, le 22 décembre 2020. On a enregistré 13,6 degrés.

Faut-il s’inquiéter de ces records ?

Pour retrouver une longue période de températures aussi douces, il faut remonter à 2015. Cette année-là, les températures douces s’étaient même prolongées pendant tout le mois. La température moyenne était de 9,6 degrés alors que la normale est de 4,3 degrés.

"Il est absolument incontestable qu’il y a une tendance de températures à la hausse avec une série de records journaliers battus ces dernières années. Et surtout ces 20 dernières années. Ce qui est caractéristique d’un climat qui est train de se réchauffer. Des records à la baisse sont quand même de plus en plus rares. Même s’il y a encore des petits coups de froid de temps en temps " conclut Pascal Mormal, météorologue à l’IRM, l’Institut Royal Météorologique.

Sur le même sujet

Le jour du réveillon pourrait être le plus chaud jamais enregistré avec 14 degrés

Articles recommandés pour vous