Double Shot

Double Shot : Brand New Cadillac

14 avr. 2022 à 14:45Temps de lecture5 min
Par Classic 21

"Brand New Cadillac", aussi enregistré sous le titre "Cadillac", fait partie de ces faces B qui ont changé la face du rock ! (Je sais, elle était facile celle – là !). L’original, merveilleusement rockabilly, sortit en avril 1959 et se trouvait en face B de "Pledgin' My Love", mais qui s’en souvient ?

Vince Taylor and his Playboys enregistrèrent le morceau pour Parlophone. Dans le groupe il y avait à l’époque Joe Moretti aux guitares, Lou Brian au piano, Brian Locking à la basse et Brian Bennett aux drums.

Loading...

Double Shot

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le morceau n’eut pas de succès au Royaume Uni mais bien en Europe continentale, et plus spécialement dans les pays scandinaves où The Renegades, un groupe britannique, et les Hep Stars en firent des numéros 1 en Finlande et en Suède.

Loading...
Loading...

Un autre groupe suédois, The Shamrocks (qu’on aurait pu croire irlandais évidemment), amena le morceau au top des ventes en France (et conquit aussi l’Allemagne et le Japon).

Loading...

La firme de disques tira les leçons de ces enregistrements et des droits d’auteur qui furent réclamés par la suite. Un accord fut trouvé pour rajouter le nom de Vince Taylor à côté de ceux des membres des Renegades afin de partager les royalties de manière équitable. Ni les Hep Stars, ni les Shamrocks ne connaissaient la version originale de Taylor quand ils firent leurs versions. C’est pourquoi il est possible de trouver des enregistrements des 60’s crédités soit aux noms de (Kim) Brown- (Denys) Gibson- (Ian) Mallet- (Stuart Graham) Johnson, soit aux noms de Brown-Gibson-Mallet-Johnson-Taylor.

C’est sur l’album "We and Our Cadillac" des Hep Stars qu’on retrouve le morceau "Cadillac" sorti en mars 1965 sur le label Olga (avec en face B "Mashed Potatoes"). La version des Suédois des Hep Stars suivit de peu la reprise des Renegades et raccourcit le "Brand New Cadillac" en simple "Cadillac", tout en laissant les crédits de la chanson aux auteurs présumés des Renegades. Le lead singer, Svenne Hedlund, avait entendu la version des Renegades à la radio suédoise Nordisk Skivdisk et avait repéré le potentiel commercial du morceau. Sa vision ne correspondait pas à celle de son manager, Ake Gerhard, qui considérait la chanson comme 'a real piece of shit' (quel flair, ce manager, si je puis me permettre l’expression !). Comme il n’était pas chaud, le groupe le convainquit en disant que, si lui n’en voulait pas, un autre label le voudrait peut-être. 1964, c’est l’époque où les Hep Stars sortent un premier single avant d’entamer une session de 6 autres enregistrements fin décembre avec aux claviers un certain Benny Anderson (futur membre d’Abba).

Loading...
Loading...

"Cadillac", qui fut numéro 1, eut droit à 3 enregistrements en 1965. La première version fut enregistrée en février 1965 et fut sortie en single. Sur cette version Benny Anderson assure la guitare rythmique (du fait de l’absence du guitariste habituel Janne Frisk) et les claviers. Une autre version studio fut enregistrée pour figurer sur l’album "We and Our Cadillac", qui sortira en septembre 1965. Sur cette version, on retrouve des overdubs de tambourin et un solo d’orgue plus audible, qu’on n’entendait quasi-pas sur la version du single. La troisième version fut enregistrée live les 7 et 8 août 1965 au Trollhättan ou au Västeras Folkpark. Cette version figure sur leur "Hep Stars on Stage" sorti en novembre 1965.

Loading...

Le single fut le deuxième plus gros succès cette année-là en Suède, juste derrière un certain "(I Can’t Get No) Satisfaction" des Rolling Stones. Pas mal !

Voici le personnel des Hep Stars :

Sur la version du single : Svenne Hedlund – lead vocaux ; Christer Pettersson – drums, backing vocaux ; Benny Andersson – guitare et claviers ; Lennart Hegland – basse et backing vocaux

Sur la version de l’album "We and Our Cadillac" : Svenne Hedlund – lead vocaux, tambourin ; Christer Pettersson – drums, backing vocaux ; Janne Frisk – guitare, backing vocaux ; Benny Andersson – claviers ; Lennart Hegland – basse

D’autres versions virent le jour, comme celle de De Maskers en 1965, de Roberto (cocorico !) en 1977 ou de Crapule de Luxe (re-cocorico !) en 1978.

Loading...
Loading...

Mais il faudra attendre 1979 pour retrouver une version à vocation internationale, celle de The Clash et 1994 pour la version du Brian Setzer Orchestra, le groupe de l’ancien Stray Cats (sur son premier album nommé ''Brian Setzer Orchestra'').

Loading...
Loading...

La version de The Clash, sortie le 14 décembre 1979, est extraite du troisième album "London Calling" (sur CBS Records). Le morceau fut le tout premier à être enregistré pour l’album. A l’origine il devait servir de warm-up avant les enregistrements.

Joe Strummer – vocaux et riff à la lead guitare ; Mick Jones – solo à la lead guitare et guitare rythmique ; Paul Simonon – basse ; Topper Headon – drums

Paul Simonon dira plus tard qu’à l’époque il partageait un squat dans Davis Road à Sheperds Bush avec Mick Jones et que le disque original traînait dans la maison. Lorsque Joe Strummer les a rejoints, ils le jouaient très souvent.

Loading...
Loading...

Le beat groupe britannique Downliners Sect en fit une version dans les 60’s et le groupe amstellodamois De Maskers fit de même en 65. En 1971, Mott The Hoople inclut un couplet dans sa reprise du "Keep a-Knockin'" de Little Richard lors d’un concert enregistré à Stockholm. The Slickee Boys sortirent une version en 76 sur leur EP "Hot and Cool", compilé plus tard sur leur album "Here to Stay". Kim Fowley inclut une version aux paroles modifiées, "Big Bad Cadillac" sur son album "Living in the Streets". En 1980 le groupe punk canadien Teenage Head enregistra sa version sur son deuxième album, "Frantic City". Les Milkshakes firent de même en 1984, Inner City Unit en 1985, Athletes Foot (groupe indie de Leeds) en 1986, Wayne Hancock en 1997 (sur l’album "That’s What Daddy Wants") et The Fall en 1978.

Loading...
Loading...

La chanson était souvent incluse lors des prestations de Van Morrison, apparaissant dans le medley "Goin' Down Geneva" consacré à Vince Taylor.

Loading...
Loading...

Vince Taylor (14 juillet 1939 – 28 août 1991), né Brian Maurice Holden, était un rocker anglais, leader de Vince Taylor and His Playboys, parfois aussi appelé Vince Taylor and The Playboys. Il a surtout eu du succès en France et en Europe continentale durant les années 50 et au début des années 60 avant de disparaître du paysage audiovisuel suite à des problèmes personnels et à l’abus de drogues. Son envie de faire du rock lui venait de l’admiration qu’il avait pour Gene Vincent et Elvis Presley.

Taylor (et sa tenue de cuir noir) est surtout connu pour avoir inspiré le personnage incarné par David Bowie, Ziggy Stardust, ainsi que pour l’énorme classique, "Brand New Cadillac'' qui ne plut pas des masses à Parlophone au début de sa sortie mais qui est maintenant considéré comme un repère dans le développement du "British Rock and Roll".

Joe Moretti, le guitariste des Playboys, sur "Brand New Cadillac" est aussi le guitariste qu’on retrouve sur "Shakin' All Over" de Johnny Kidd & The Pirates.

A recommander dans sa discographie des titres comme les reprises de "Sweet Little Sixteen", "C’mon Everybody", "Twenty Flight Rock", "Love Me", "Long Tall Sally", "So Glad You’re Mine", "Baby Let’s Play House", "Memphis Tennessee ou encore "Lovin' Up A Storm" parmi d’autres.

Fin 62 Vince Taylor and The Playboys étaient tête d’affiche à l’Olympia avec Sylvie Vartan en première partie.

Taylor mourut d’un cancer du poumon en août 1991, à l’âge de 52 ans.

Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

Vers tous les articles et audios Double Shot ICI

Sur le même sujet

Double Shot : Don't Turn Around

Double Shot

Double Shot : People Get Ready

Double Shot

Articles recommandés pour vous