Déclic

Des vacances sur les traces de Vladimir Poutine : quels enjeux pour la Russie ?

En épingle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 juin 2022 à 11:02 - mise à jour 28 juin 2022 à 14:47Temps de lecture3 min
Par En épingle - Hélène Maquet

L’agence fédérale du tourisme russe propose d’emmener d’heureux élus dans les lieux de vacances préférés du président Poutine, en Sibérie. Cette offre touristique a une double vocation : servir le culte de sa personnalité et tenter de relancer le tourisme, très touché par l’invasion russe de l’Ukraine.

Nommé "Les vacances en Sibérie", l’itinéraire s’étire sur 1200 km de paysages : sapins, brume, rivières tortueuses et sommets acérés au cœur de la Sibérie sauvage, de Krasnoiarsk à Touva.

Rostourism, l’agence fédérale du tourisme veut vendre ces lieux de pêche, de chasse et de chevauchées viriles et en faire les nouveaux spots à la mode de cet été. Ces endroits "où le président adore se relaxer" et qui seront donc à la portée de tous les Russes à partir du mois de juillet, annonce l’agence officielle. En tout cas, à la portée de ceux qui peuvent débourser 90.000 roubles, soit 1600 euros, pour suivre l’itinéraire. Ce sont bien les classes aisées qui sont visées.

Pas question de donner les localisations exactes des spots de chasse et de pêche de Vladimir Poutine, sécurité du président oblige. L’idée, c’est de se faire une idée de la vie et des vacances du pouvoir.

Cette route touristique a au moins deux vocations

D’abord, on voit poindre la propagande du régime dans le droit fil de l’imagerie développée par Vladimir Poutine dans son rapport aux vacances.

Depuis 2007 et ses premiers clichés torse nu, en pantalon treillis et combat shoes, les pieds dans les flots de la rivière, la tête dans les aiguilles des sapins. C’est presque devenu un marronnier dont même les médias occidentaux (d’une certaine manière) se délectent un peu chaque année…

La grande ode à la virilité, à la masculinité poutininenne et à sa grande forme physique. Les chevauchées torse nu, la pêche au brochet quasi à mains nues. Une année, on a même parlé – à tort, d’ailleurs – de chasse au tigre.

Le cadre de toutes ces photos, que les Russes – évidemment – voient aussi arriver presque chaque année, c’est la Sibérie. Cette fameuse route touristique, elle vient compléter l’arsenal du culte de la personnalité autour de Vladimir Poutine, en Russie.

Adisorn Fineday Chutikunakorn / GettyImages

D’un point de vue plus pragmatique, le but est aussi touristique

Il est de plus en plus difficile pour les Russes de partir en vacances à l’étranger : depuis le début de la guerre les compagnies aériennes russes ne peuvent plus voler dans l’espace aérien européen. Les touristes russes doivent désormais emprunter des trajets compliqués, faire des escales, etc. De nombreux pays ont aussi ralenti ou interrompu la délivrance de visas pour les ressortissants russes.

Enfin, les cartes visa ou mastercard ne fonctionnent plus à l’étranger pour les Russes. Bref, c’est pour toutes ces raisons que les autorités tentent de proposer des idées de vacances domestiques. 20 millions d’euros ont été débloqués par Rostourism pour la création de 24 itinéraires touristiques, dont cette fameuse route sur les pas de Vladimir Poutine.

Un moyen d’éviter une fuite des capitaux à l’étranger

D’après l’organisation mondiale du tourisme (qui fait partie de l’ONU), en 2019, les dépenses russes en voyages internationaux ont atteint 36 milliards de dollars américains, une vraie manne. En 2020, 3% des dépenses mondiales consacrées au tourisme provenaient de Russie et d’Ukraine.

Les vacances domestiques, c’est un moyen de conserver ces capitaux dans le pays. D’ailleurs, a contrario, il y a toute une série de régions en Europe, qui ont perdu le tourisme russe. La Côte d’Azur, par exemple, où les yachts russes venaient appareiller. Le comité régional du tourisme Côte d’Azur France estime un manque à gagner de 200 millions d’euros pour cette année.

D’après l’organisation mondiale du tourisme, les touristes russes qui partent à l’étranger se replient sur des destinations insulaires : les Seychelles, les Maldives, le Sri Lanka, Cuba mais aussi sur la Mongolie (et donc sur la Chine).

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : Poutine malade ou "qu’il finisse par se faire assassiner"? Des "vœux pieux", selon le chef de l’armée britannique

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous