Exposition - Accueil

Des œuvres d'art à collectionner, sur son smartphone, en réalité augmentée

Acute Art a recréé la sculpture de Christo "The London Mastaba" dans le cadre de sa nouvelle initiative de réalité augmentée "The London Mastaba AR (Hyde Park)".
13 juil. 2020 à 14:08 - mise à jour 13 juil. 2020 à 14:08Temps de lecture3 min
Par AFP avec RTBF Culture

Alors que la plupart des personnes qui expérimentent la réalité augmentée aujourd’hui le font dans le domaine du jeu vidéo ou du divertissement, cette technologie se déploie aussi largement au monde de l’art grâce à plusieurs initiatives menées par des artistes incontournables tels que KAWS ou Olafur Eliasson.

N’avez-vous jamais rêvé de posséder une sculpture monumentale de l’artiste Christo ? Serpentine Galleries s’est associée à Acute Art pour rendre hommage à l’artiste bulgare récemment décédé en redonnant vie à l’une de ses œuvres monumentales, "The London Mastaba", en réalité augmentée.

En 2018, cette sculpture avait été installée trois mois durant sur le lac Serpentine de Hyde Park à Londres, où les passants pouvaient admirer 7506 barils roses et violets que l’artiste Christo avait empilés pour former une plateforme flottante.

Accessible grâce à l’application gratuite d’Acute Art, "The London Mastaba AR (Hyde Park)" permet aux amateurs d’art de découvrir la réplique virtuelle exacte de l’installation depuis leur smartphone lorsqu’ils se promènent à proximité du lac Serpentine.

Alors que cette initiative était réservée aux visiteurs londoniens, la firme Acute Art spécialisée dans la réalité augmentée et virtuelle a annoncé travailler actuellement sur une version transposable n’importe où.

"La puissance de démocratisation de ce nouveau média immersif transportera la vision artistique unique de Christo et Jeanne-Claude à un vaste public éclectique partout dans le monde", a commenté Daniel Birnbaum, directeur artistique chez Acute Art, dans un communiqué.

Acute Art presents: Christo & Jeanne-Claude - The London Mastaba

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Christo devant sa London Mastaba
Christo devant sa London Mastaba NIKLAS HALLE'N - AFP

En mai dernier, Acute Art avait collaboré avec l’artiste conceptuel danois islandais Olafur Eliasson sur un projet de réalité augmentée similaire.

"Wunderkammer" (ou "Cabinet de Curiosités" en allemand) permet aux férus de nouvelles technologies et d’art de projeter des sculptures réalistes d’animaux, d’objets et de phénomènes météorologiques chez eux.

Certains objets digitaux de ce projet sont particulièrement interactifs, car certaines sculptures illuminées et certains objets ne sont visibles par l’utilisateur qu’au moment où il les "touche" de la main.

La plupart des objets d’Eliasson à collectionner dans le cadre de cette application sont gratuits, à part certains qui coûtent trois dollars pour une période de 30 jours.

Un marché potentiellement lucratif

Même si l’un des objectifs affichés d’Acute Art est la démocratisation de l’art, le potentiel commercial de telles œuvres en réalité augmentée est indéniable.

Le street artiste du New Jersey KAWS a testé la commercialisation de ses œuvres digitales en mars dernier avec un projet de réalité augmentée lancé aussi sur l’application Acute Art. Il permettait de s’offrir son personnage signature "Companion".

Les collectionneurs pouvaient acquérir l’une des 25 sculptures pérennes de son personnage mesurant près de 2 m de haut en réalité augmentée, pour 10.000 dollars sur le site de la plateforme d’art.

Acute Art Presents EXPANDED HOLIDAY: KAWS LAUNCHES NEW ART FORM

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les propriétaires de ces œuvres digitales pouvaient placer, capturer et présenter ces sculptures numériques appelées collectivement "COMPANION (EXPANDED)" dans différents lieux grâce à l’application Acute Art. Ils avaient la possibilité de les garder dans la sphère privée ou de les faire apparaître à quiconque téléchargeait l’application.

Ces œuvres virtuelles sont moins chères que celles figurant sur le marché de l’art, elles peuvent être échangées et revendues directement sur l’application au prix choisi par leur propriétaire. Acute Art a annoncé qu’une commission de 30% serait rajoutée, partagée équitablement entre l’acheteur et le vendeur.

Les amateurs d’art moins argentés pouvaient aussi acquérir d’autres œuvres de KAWS, sous forme de sculptures de 30 cm proposées en trois coloris à s’offrir pour une période limitée (de sept à trente jours).

Le prix de ces "locations" d’œuvres "AT THIS TIME (EXPANDED)" coûtait 6,99 dollars pour sept jours pour une seule, alors que les trois sculptures étaient proposées moyennant 29,99 dollars pour 30 jours.

"Lorsque j’ai pris conscience de la qualité qui pouvait être atteinte grâce à la réalité augmentée, j’ai immédiatement été attiré par son potentiel. J’ai créé et exposé des objets dans les espaces publics tout au long de ma carrière, et cela me permet de me développer dans une sphère complètement nouvelle. Les possibilités de localisation et d’échelle sont infinies, et je suis heureux de commencer un nouveau dialogue de cette manière", a expliqué KAWS dans un communiqué à propos de cette initiative.

Sur le même sujet

Christo : Paris découvrira bientôt son Arc de Triomphe entièrement drapé

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous