Des migrants vendus comme esclaves en Libye: "indignation" de l'Union africaine

Des migrants vendus comme esclaves en Libye: "indignation" de l'Union africaine
17 nov. 2017 à 22:13 - mise à jour 17 nov. 2017 à 22:13Temps de lecture1 min
Par RTBF avec Agences

Le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et le gouvernement sénégalais se sont "indignés" vendredi des cas d'esclavage en Libye dénoncés cette semaine par l'ONU et dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN.

Le président Alpha Condé "exprime son indignation face au commerce abject de migrants qui prévaut en ce moment en Libye et condamne fermement cette pratique d'un autre âge", selon un communiqué de la présidence guinéenne.

L'Union africaine "invite instamment les autorités libyennes à ouvrir une enquête, situer les responsabilités et traduire devant la justice les personnes incriminées" et "à revoir les conditions de détention des migrants", poursuit le texte.

"Ces pratiques modernes d'esclavage doivent cesser et l'Union africaine usera de tous les moyens à sa disposition pour que plus jamais pareille ignominie ne se répète", promet la présidence de l'UA.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a vivement dénoncé mardi la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, jugeant "inhumaine" la coopération de l'Union européenne avec ce pays.

L'émotion est encore montée d'un cran, notamment en Afrique, après la diffusion d'un reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères en Libye.

Libye : des migrants vendus comme esclaves

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement