RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Défense : les dépôts de munitions sont construits comme des igloos pour éviter tout incendie

Image d’illustration : un militaire entouré de ses munitions.
05 août 2022 à 10:47Temps de lecture1 min
Par Melanie Joris du service judiciaire

Hier, un incendie s’est déclenché au départ d’un dépôt de munitions de la police à Berlin provoquant de larges dégagements de fumée et brûlant près de 50 hectares de forêt. C’est l’occasion de se demander comment sont stockées ces munitions très sensibles à la chaleur. Chez nous, elles sont entreposées dans des abris construits comme des igloos.

La défense nous a donné des précisions sur la manière dont sont entreposées ces munitions, mais la matière est évidemment sensible. Les dépôts de munitions sont des zones protégées qui répondent à des normes strictes de sécurité, nous ne pourrons donc pas montrer à quoi ressemblent ces entrepôts.

Concrètement, ils sont construits comme des igloos et respectent des normes Otan. La structure est en béton et équipée de systèmes de ventilation pour permettre une température intérieure constante de 15 degrés.

Par ailleurs, le bâtiment est muni d’équipements coupe-feu. Les munitions sont donc protégées même si un incendie devait se déclarer à l’extérieur de l’igloo.

 

Quid des exercices de tirs en pleine sécheresse ?

Lorsqu’elles sont bien stockées, les munitions ne constituent donc pas un danger. Mais lorsqu’elles sont utilisées en pleine période de sécheresse, le risque d’incendie est réel. C’est la raison pour laquelle la Défense suit les avertissements de l’organe flamand Natuur en Bos. Actuellement, le code est orange. Cela signifie que le risque d’incendie est élevé.

Des restrictions sont donc imposées lors des entraînements des militaires. À la caserne de Beverlo, par exemple, les stands de tir d’explosifs sont fermés et il est interdit d’utiliser les munitions d’entraînement. Il est aussi interdit d’utiliser des balles traçantes, des grenades ou encore des munitions antichars.

Lors de leurs exercices, les militaires ont aussi l’interdiction de faire un feu de camp ou un feu pour préparer leur repas. Il leur est également interdit de fumer. Ces mesures sont quotidiennement réévaluées en fonction de la météo.

Le risque zéro n’existe pas. L’année dernière, 500 hectares sont partis en fumée au domaine militaire de Brecht près d’Anvers. Le feu s’était déclenché à la suite d’un exercice de tir.

Sur le même sujet

Sécheresse en Flandre : les niveaux d’eaux souterraines continuent de baisser, et des débits de rivière historiquement bas

Regions Flandre

Sécheresse en Région wallonne : la cellule de crise a fait le point "sur les bases d'une année historique"

Belgique

Articles recommandés pour vous