Tarmac

De Pretto / Young Nougaro

De Pretto / Young Nougaro
21 févr. 2018 à 21:04 - mise à jour 21 févr. 2018 à 21:04Temps de lecture1 min
Par AK.

Le casque vissé sur la tempe, copiant-collant le lien YouTube d’une mailing liste en manque d’inspi, je m’apprête à retourner dans l’univers d’Eddy de Pretto, le dernier Eddy que j’avais croisé étant le belge Eddy Ape à la sortie du film Black Panther, bref, j’installe mon décor, c’est permis ?

J’avais bien évidemment découvert De Pretto comme 5 millions de viewers cet été avec son premier single "Fête de trop". Filmé en vertical, le bougre tenait déjà son concept de chanson française teintée de battements hip hop bien en main, tel un I Phone qui lui prolongeait l’avant bras et qu’il n’allait plus jamais quitter.

Je l’avais également swipé dans son épisode de Colors, moins fan de la performance, mais revenons-en a notre écoute du jour "Ego". Le titre est interprété en plan-séquence en live d’un théâtre pour la chaîne YouTube 3e Gauche, une sacrée claque dans l'oreillette. Son texte est affuté, retranscrivant cette sphère digitale si chère aux yeux des millenials et ses propres attentes, son verbe traine des R et un débit rappelant Nougaro ( ça c’est vraiment ouf ), et c’est là que la dimension d’Alien prend tout son sens. Eddy est une révélation qui pourrait rappeler Christine and The Queens, Stromae. Il arrive à récupérer les codes du hip hop, de la pop et de la grande chanson française avec brio. Je referme mon laptop, rentre chez moi et attends l’album. À suivre … 

Loading...

Articles recommandés pour vous