Regions Liège

De la viande périmée dans le saucisson au jambon? À Liège, le groupe Derwa mis en cause

Un nouveau scandale alimentaire ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

10 avr. 2018 à 16:43 - mise à jour 11 avr. 2018 à 12:00Temps de lecture2 min
Par François Braibant et Natacha Mann

À Liège, le groupe Derwa a-t-il caché des chutes de viande périmée dans son saucisson au jambon ? L'année dernière, plusieurs contrôles de l'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire à l'atelier de charcuterie de Derwa se sont terminés sur des constats inquiétants. L'AFSCA a retiré l'agrément de son atelier "La Vieille Abbaye". Mais le tribunal de Liège a contré la mesure et la Vieille Abbaye a recommencé à fabriquer ses saucissons. Pourtant, ce que l'AFSCA y avait découvert n'était pas ragoûtant. 

"Il manque 433 kilos de viande dont je ne peux pas démontrer l'utilisation", admet Anne Derwa dans son audition du 15 juin. "Il est donc possible", poursuit l'ancienne administratrice que ces kilos de viande "aient été utilisés en fabrication en dehors de leur date d'utilisation... ce qui les rendrait nuisibles selon la législation."

Ci-dessous: le procès-verbal d'audition d'Anne Derwa

Loading...

De la viande normalement destinée aux animaux

À l'AFSCA, plusieurs travailleurs nous ont expliqué, de manière anonyme, leurs soupçons contre la "La Vieille Abbaye". Après la découpe en tranches, les restes de jambon étaient congelés et gardés. Ensuite, ils se retrouvaient dans le saucisson au jambon. Anne Derwa nie avoir négligé les dates de péremption... mais elle admet ne pas être capable de le prouver. Au minimum, ceci dénote un problème de traçabilité des produits. Les chutes de jambon périmées ne sont admissibles que dans la nourriture préparée pour les animaux.

L'AFSCA s'est rendue plusieurs fois à la Vieille Abbaye. De même, elle a contrôlé plusieurs fois les autres ateliers de Derwa, avec des appréciations négatives. Et pas seulement pour ce problème de saucisson. C'est à la suite de tous ces contrôles que l'agence a décidé, en juillet 2017, de retirer l'agrément de la Vieille Abbaye. Mais le tribunal de Liège a permis à "La Vieille Abbaye" de recommencer à travailler. L'Agence voulait contester la décision de justice, mais le ministre de l'Agriculture Denis Ducarme (MR) a suivi les arguments du tribunal et refusé d'aller en appel.

Pas d'appel, décide le ministre ; la fabrication reprend

À la suite de ce refus d'aller en appel, le travail a pu reprendre à la Vieille Abbaye : "C'est la décision du ministre de ne pas faire appel", nous a expliqué Geoffrey Cuypers, collaborateur du ministre fédéral de l'Agriculture et des PME. "Nous avons estimé, à l'analyse, que la décision aurait été vraisemblablement la même en cas de recours. La décision de justice a effectivement permis à la Vieille Abbaye de continuer ses activités, mais ces activités se déroulent sous contrôle systématique de l'AFSCA."

Selon les informations recueillies par la RTBF, ce n'est qu'en mars que l'atelier de charcuterie a de nouveau été contrôlé. Ce contrôle-là s'est terminé sur une mention "favorable avec remarque".

Aujourd'hui, de nouveaux propriétaires ont racheté Derwa. Ils assurent qu'ils sont occupés à régler les problèmes, mais, entre le jugement et le rachat, avec quoi la Vieille Abbaye a-t-elle fabriqué son saucisson ?

Loading...
Loading...

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous