Opinions

De la peur à la résistance: urgence démocratique !

De la peur à la résistance - Urgence démocratique !
30 nov. 2015 à 17:28 - mise à jour 30 nov. 2015 à 17:28Temps de lecture4 min
Par Collectif

Ces derniers jours la peur a envahi les rues. La peur après le choc des attentats, bien sûr, mais aussi la peur devant les mesures inouïes prises depuis le 13 novembre. Bruxelles, région-capitale du pays, a été mise en Etat de siège de fait, tandis que le reste du pays s’est retrouvé dans un Etat d’urgence de fait.

On ne peut s’empêcher de remettre en question l’efficacité de ces mesures, et d’en soulever les contradictions : les écoles, le métro, ont été fermés ; une quantité incroyable d’événements culturels, mais aussi politiques, ont été annulés ou interdits et des camions blindés ainsi que des centaines de soldats ont pris possession des rues.

La pauvreté aussi tue

A côté de ça, il faudrait rester calme, et la centrale nucléaire de Tihange par exemple est restée sans protection. De même, le fameux niveau 4, supposé justifier ces mesures extrêmes, a été maintenu alors que progressivement les écoles, le métro, etc. rouvraient leur portes. Quelle cohérence dans tout ça ? Quel contrôle démocratique sur ces décisions ?

En quelques jours, le gouvernement Michel a trouvé 400 millions pour le virage sécuritaire et promet des mesures d’Etat de choc (perquisitions de nuit, détention administrative de 3 jours, prison automatique pour les jeunes de retour de Syrie, etc.). L’argent qui n’existait pas pour les services publics et les pauvres apparaît comme par magie. C'est un choix désastreux. Avec ces 400 millions d'euros, on pourrait, entre autres, augmenter de 50% le revenu d'intégration sociale versé à 100.000 personnes par les CPAS.

Démocratie piétinée

Les conséquences de cet Etat d’exception ne se sont pas fait attendre. Les bavures se multiplient contre des présumés coupables, l’un étudiant à Anvers mis à terre au Quick avec deux fusils pointés sur sa tête, l’autre dans la très stigmatisée Molenbeek, un troisième qui voit la police débarquer chez lui en brisant portes et fenêtres à 5 heures du matin…

La peur gagne les quartiers populaires avec une forte présence musulmane. Nous voyons comment des bourgmestres, y compris du PS ou SP.a, tirent prétexte de l’alerte antiterroriste pour interdire de nombreuses manifestations ou débats publics, à Saint-Gilles sur la Syrie, à Molenbeek pour la solidarité et contre les divisions, à Bruxelles-Ville et Ostende pour la justice climatique. Même la livraison de repas chauds aux sans-abris dans les gares est interdite ! Pendant ce temps, l’ensemble des mouvements sociaux, syndicats en tête, sont priés d’obtempérer par le ministre de l’Intérieur N-VA, Jan Jambon, et le MR dépose une proposition de loi visant à interdire les piquets de grève.

Résistance!

Nous refusons de continuer à laisser la peur nous diriger. Nous refusons l’Etat autoritaire qui est en train d’être mis en place sous nos yeux. Nous refusons que des organes non-élus comme l’OCAM et le Conseil National de Sécurité (Nationale Veiligheidsraad) dirigent le pays. Nous voulons que toute la clarté soit faite, y compris par une commission parlementaire d’enquête, sur la façon dont un climat de peur a pu être créé délibérément. Nous refusons aussi une guerre qu’on prétend commettre en notre nom, et qui ne fera qu’ajouter des morts aux morts, de la barbarie à la barbarie.

Nous appelons l’opposition sociale et politique à ce gouvernement à marcher dans les rues et à montrer que non, nous n’arrêterons pas de vivre et de lutter pour un monde meilleur, et que nous n’accepterons pas d’être bâillonnés et réprimés " pour notre sécurité ".

Nos meilleures armes pour résister sont la solidarité et l’auto-organisation, pour décider de nos vies, de ce qui est bon pour notre sécurité, pour la planète. Avec nos ami.e.s en France et dans d’autres pays comme l’Espagne qui refusent l’autoritarisme, la guerre, le racisme et les interdictions de manifester, à l’instar du front commun syndical du Hainaut qui a maintenu sa grève le 23 novembre, nous appelons la population à ouvrir les yeux et à désobéir. L’histoire n’a jamais été faite par ceux qui demandent la permission.

Nous refusons de continuer à laisser la peur nous diriger. Nous abominons le terrorisme de Daesh, mais nous lutterons contre la politique sécuritaire et liberticide que nos gouvernements veulent imposer au nom de la lutte contre les terroristes, et qui fait le jeu de ceux-ci.

Premiers signataires (27-11-2015)

Sfia Bouarfa (ancienne sénatrice, députée honoraire)

Paulo Charruadas (chercheur en histoire, ULB)

Chloé Deligne (historienne, ULB-FNRS)

Josy Dubié (sénateur honoraire)

Anne Dubreucq, (Professeure de géographie ULB, Maître-assistant HEFF)

Pauline Forges (CGSP Enseignement Ville de Bruxelles)

Corinne Gobin (politologue ULB)

Denis Horman (journaliste à La Gauche)

Thibault Jacobs (doctorant en Histoire, ULB)

Daniel Liebmann

Freddy Mathieu, ex-Secrétaire régional FGTB Mons-Borinage

Christine Pagnoulle, (chargée de cours à la retraite, ULg, présidente d'ATTAC Liège)

Christian Panier (ancien juge et enseignant)

Irène Pêtre (ex-secrétaire syndicale de la CNE)

Daniel Piron (ex-secrétaire régional de la FGTB de Charleroi-Sud Hainaut)

Daniel Richard (secrétaire interprofessionnel de la FGTB de Verviers)

Marco Schmitt, Co-Président d'Inter-Environnement Bruxelles

Isabelle Stengers (philosophe, ULB)

Daniel Tanuro (militant écosocialiste)

Antoine Thioux (Jeunes FGTB Charleroi)

Felipe Van Keirsbilck (secrétaire national de la CNE)

Henri Wajnblum (UPJB)

Grégoire Wallenborn (chercheur ULB)

Isabelle Wanschoor (secrétaire de la CNE Hainaut)

Irène Zeilinger (Garance)

Articles recommandés pour vous