Dans le camp de migrants de Lesbos, la "peur du vaccin" prédomine

A Lesbos, on estime que 30% des réfugiés ont moins de 18 ans.
03 juin 2021 à 17:34Temps de lecture1 min
Par AFP

Dans le camp de Lesbos, où a débuté jeudi la campagne de vaccination contre le Covid-19, la "peur du vaccin" prédomine parmi les migrants, mais les autorités grecques ont bon espoir de réussir à immuniser tous les demandeurs d'asile de Grèce.

"Certains ont peur de se faire vacciner, ils sont contre et ne se sont pas inscrits sur les listes", confie à l'AFP Neihnman, un demandeur d'asile du Congo.

Dans le camp de Lesbos, qui abrite plus de 6.000 personnes, les réfugiés viennent, cinq par cinq, dans la grande tente où est effectuée la vaccination, afin de maintenir les distances et d'éviter que les vaccins ne restent trop longtemps hors des frigos.

"Cela ne dure que 20 secondes, il ne faut pas s'inquiéter, les complications sont très rares", rassure un médecin.

"Tout le monde a été averti et ils doivent prendre rendez-vous pour venir se faire vacciner", souligne le directeur du camp, Nikos Babakos. "Nous espérons que le rythme va s'accélérer dans les jours prochains".

Car à peine "cinquante demandeurs d'asile se sont pour l'instant inscrits pour être vaccinés dans le camp", a rapporté Anastasios Chatzis, responsable de l'organisme de santé publique qui s'occupe de la campagne de vaccination.

Au total, dans les camps des îles grecques de Lesbos, Samos et Chios, "seuls 15% des demandeurs d'asile ont pour le moment montré un intérêt pour se faire vacciner", a précisé mercredi le secrétaire général à l'Asile Manos Logothetis, dans une interview à l'agence de presse grecque ANA.

Mais "si l'on estime que 30% de cette population a moins de 18 ans et qu'une autre part de 30% a déjà été malade, la route vers l'immunité des demandeurs d'asile est courte", a ajouté ce responsable au ministère des Migrations.

Sur le même sujet

Grèce : Sarah, réfugiée syrienne, et Sean, bénévole humanitaire, devant le tribunal pour avoir aidé des migrants à Lesbos

Asile et migration : la Grèce soutient que la Turquie est "un pays sûr" pour certains demandeurs d’asile

Articles recommandés pour vous