Cyclisme

Cyril Saugrain : "Roglic, Pogacar, Quintana, probablement les trois hommes forts de ce Tour"

Cyril Saugrain : "Roglic, Pogacar, Quintana, probablement les trois hommes forts de ce Tour"
05 sept. 2020 à 17:05 - mise à jour 05 sept. 2020 à 17:05Temps de lecture2 min
Par Antoine Hick

Après une étape folle vendredi, le Tour de France nous a livré un second épisode passionnant ce samedi pour son baptême du feu pyrénéen entre Cazère-sur-Garonne et Loudenveille. Si Nans Peters s'est imposé, l'étape a été marquée par la passe d'armes entre les différents favoris. Et si aujourd'hui AG2R fête la victoire de son coureur, du côté de l'autre formation française, la FDJ, c'est la soupe à la grimace après la défaillance de Thibaut Pinot (18 minutes perdues !).

“On a un vrai contraste entre AG2R et la FDJ aujourd’hui. Depuis deux ans AG2R concentre toute sa course autour d’un seul et même leader, ne laissant quasiment pas l’opportunité d’aller dans des échappés et cette année ils ont réorienté un peu leur stratégie et ça leur sourit tout de suite. D'autant plus que leur leader Romain Bardet est toujours dans la course au général. De l’autre côté, la FDJ qui continue dans cette même veine, d’accompagner un seul et même leader dans la course, sans tenter des fois d’aller dans une échappée pour tenter de glaner quelque chose à côté. Aujourd’hui, c’est la défaillance complète de Thibaut Pinot qui perd plus de 18 minutes et le Tour à l’arrivée. Il y a d’autres objectifs et c’est sûr que l’équipe va se remobiliser et se reconcentrer pour cette fin de Tour." estime notre consultant, Cyril Saugrain.

Autre point d'analyse après cette 8e étape, la stratégie de Jumbo-Visma qui a décidé de sacrifier Tom Dumoulin, au profit de son leader, Primoz Roglic. Au final, le Batave, qui a roulé pour Roglic, accuse un débours de 2 min 50 et est donc loin au général. Une stratégie payant de la formation néerlandaise ? "Il me semblait intéressant de garder un deuxième atout, une roue de secours ou une flèche qu’on pouvait envoyer devant. Là avec 2min50 de retard, Dumoulin devient moins intéressant, mais attention on voit bien que ce Tour est très difficile, on n’est qu’à la 1e grande étape de montagne dans les Pyrénées. On a vu des dégâts assez conséquents aujourd’hui, il y a eu une prise de risque et, en fait, Jumbo a répondu à l’attaque d’Alaphilippe et derrière ça a provoqué cette fin d’étape terrible " constate Saugrain.

Dernière question qui se pose après cette 8e étape : qui sont les favoris qui se dégagent ? Peut-on considérer Primoz Roglic, toujours aussi facile, Tadej Pogacar, dans l'anticipation ce samedi et Nairo Quintana, très à l'aise dans les roues, comme les trois hommes forts ? "Sur l’étape du jour, j’ai vu un Quintana comme on ne l’avait plus vu depuis un moment. Avec un niveau de réaction et d’explosivité assez impressionnant, il est revenu dans la roue de Roglic qui lui même revenait dans la roue de Pogacar, donc oui pour moi on a les trois hommes qui vont se concentrer pour rafler ce classement général" conclut Saugrain.

 

 

Qui sont les trois favoris qui se dégagent ?

 

"Sur l’étape du jour, j’ai vu un Quintana comme on ne l’avait plus vu depuis un moment. Avec un niveau de réaction et d’explosivité assez impressionnant, il est revenu dans la roue de Roglic qui lui même revenait dans la roue de Pogacar, donc oui pour moi on a les trois hommes qui vont se concentrer pour rafler ce classement général"

 

 

Articles recommandés pour vous