Monde

Crise au Venezuela: Nicolas Maduro se dit "ouvert au dialogue" mais rejette l'ultimatum des Européens

Crise au Venezuela: Nicolas Maduro se dit "ouvert au dialogue" mais rejette l'ultimatum des Européens
27 janv. 2019 à 13:20 - mise à jour 27 janv. 2019 à 14:08Temps de lecture1 min
Par RTBF avec Agences

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a rejeté explicitement ce dimanche l'appel de plusieurs pays européens à organiser une nouvelle élection présidentielle dans un délai de huit jours au Venezuela, dans un contexte de crise. 

Une rencontre avec Donald Trump? 

Dans un entretien accordé à la chaîne CNN Turk, le dirigeant vénézuélien se déclare aussi "ouvert au dialogue" et estime qu'une rencontre avec Donald Trump est peu probable mais n'est pas impossible.

L'administration américaine, qui a été la première à reconnaître l'opposant Juan Guaido lorsqu'il s'est autoproclamé chef de l'Etat par intérim, a appelé les Etats membres de la communauté internationale à "choisir leur camp" et à rompre leurs liens financiers avec le gouvernement de Maduro.

"Personne ne peut nous donner d'ultimatum"

La France, l'Allemagne, le Royaume Uni, l'Espagne, le Portugal et l'Union européenne ont fait savoir qu'ils étaient prêts à reconnaître Juan Guaido, à leur tour, si de nouvelles élections n'étaient pas organisées dans un délai de huit jours. 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a rejeté cet ultimatum déclarant, toujours à CNN Turk, que son pays n'était "pas lié" à l'Europe. "Ils devraient retirer cet ultimatum. Personne ne peut nous donner d'ultimatum" a-t-il précisé.