Crash d'hélicoptère à Glasgow: les recherches de victimes se poursuivent

Les services de secours à l'oeuvre le 30 novembre 2013 à Glasgow à l'endroit où un hélicoptère de l'armée s'est écrasé
01 déc. 2013 à 12:45 - mise à jour 01 déc. 2013 à 13:02Temps de lecture2 min
Par AFP

La police a prévenu que ces opérations "complexes" risquaient de prendre du temps, car il fallait enlever la carcasse de l'hélicoptère qui s'est encastré dans le toit du bar The Clutha, en centre-ville.

Sur le toit plat, éventré, du bâtiment de plain-pied situé à un croisement de rues près du fleuve Clyde, une équipe d'hommes en tenues et casques de chantier s'affairaient autour des débris distordus de l'appareil, à côté de deux grues imposantes.

Une tâche d'autant plus délicate que la carcasse doit être préservée au maximum pour les besoins de l'enquête.

Les experts du bureau d'enquête sur les accidents aériens, le AAIB, étaient à pied d'oeuvre dimanche pour tenter de comprendre pourquoi l'Eurocopter EC135 T2 s'est écrasé vendredi soir sur le bar bondé où plus d'une centaine de personnes étaient réunies.

Au nombre des huit morts recensés dans le bilan provisoire figurent les trois occupants de l'hélicoptère, un pilote civil et deux policiers, tandis que 14 blessés graves étaient toujours hospitalisés.

Selon le Sunday Times, les experts s'intéressent à des causes d'ordre mécanique, notamment un possible problème d'alimentation en carburant de l'appareil bimoteur. Le journal cite des sources proches de l'enquête qui soulignent que le pilote était "on ne peut plus expérimenté".

Un pilote d'hélicoptère de la police, s'exprimant sous couvert de l'anonymat dans le journal juge que "c'est quasiment du jamais vu que les deux moteurs tombent en panne". "Quand quelque chose comme cela se produit, vous vous penchez sur ce qui est commun aux deux moteurs, c'est à dire l'alimentation en carburant", a-t-il dit.

Plusieurs journaux identifiaient le pilote comme étant David Traill. Selon le Sunday Times, l'homme était un ancien pilote d'hélicoptère de la Royal Air Force avec plus de 20 ans d'expérience, ayant servi notamment en Irak et en Afghanistan.

La police écossaise n'avait confirmé dimanche en milieu de journée que l'identité d'une seule victime, Gary Arthur, un homme de 48 ans habitant la région.

"Repose en paix, papa", a écrit sa fille Chloé Arthur, 18 ans, sur Twitter. "Tu seras toujours tout pour moi. Je promets de te rendre fier, je t'aime de tout mon coeur".

Au surlendemain d'un accident qui a plongé l'Ecosse dans le deuil en pleine fête nationale, la St Andrew, une messe en mémoire des victimes était célébrée dimanche dans la cathédrale de Glasgow.

Sur les lieux du drame toujours protégés par un cordon de sécurité, quatre camions de pompiers et deux véhicules de la police étaient toujours stationnés.

Une trentaine de bouquets de fleurs étaient disposés devant les murs d'un restaurant italien, de l'autre côté de la rue.

L'un des propriétaires du pub, Saverio Petri, qui se trouvait sur place au moment de l'accident, a décrit à la BBC comment il avait été projeté au sol au moment de l'effondrement partiel du plafond.

"Les débris tombaient sur ma tête, mes bras, mes jambes, mes pieds", a-t-il dit. "Ce qui m'a sauvé c'est que j'ai atterri derrière le bar, et les débris tombaient sur le bar ou rebondissaient dessus".

"J'ai ensuite réussi à me relever, j'ai enjambé les obstacles comme je le pouvais et j'ai fait sortir le plus possible de gens. Dans la pénombre, j'ai vu évidemment des gens blessés", a-t-il raconté.

AFP

Sur le même sujet

Accident d'hélicoptère en Ecosse: au moins huit morts

Monde

Articles recommandés pour vous