Crash au Mali: l'identification des victimes "peut prendre des années"

Les débris de l'avion d'Air Algérie le 26 juillet 2014, deux jours après son crash dans la région de Gossi au Mali
31 juil. 2014 à 20:36 - mise à jour 01 août 2014 à 06:29Temps de lecture1 min
Par AFP

"C’est trop tôt pour parler d’identification, c’est une opération qui peut prendre des semaines, des mois et peut-être des années. L’important c’est d’arriver à la vérité", a déclaré, lors d'un point-presse, Abdelkader Kara Bouhadba, qui estime que cette identification "est une priorité humaine".

Treize spécialistes de la police scientifique algérienne se sont rendus sur les lieux du crash dans la zone de Gossi, à environ 150 km de Gao (nord-est du Mali), avec des homologues français, maliens et espagnols.

Des prélèvements inexploitables

Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français, 23 Burkinabé, huit Libanais, six Algériens et six Espagnols. L'avion, un McDonnell Douglas MD-83, avait été affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir.

"Plusieurs prélèvements effectués sur place se sont avérés inexploitables vu l’ampleur du crash et les conditions défavorables au travail des experts et à la conservation des corps", a ajouté le directeur de la police judiciaire.

"Tous les passagers qui étaient à bord de l’aéronef seront identifiés "

Le sous-directeur de la police scientifique, Ali Feragui, a néanmoins estimé que "tous les passagers qui étaient à bord de l’aéronef seront identifiés (grâce) aux techniques et à l’expérience des différents experts".

Les experts sont obligés de recourir à des analyses ADN pour pouvoir identifier les corps en raison notamment de l'état dans lesquels ils se trouvent.

Selon le colonel Patrick Touron, directeur adjoint de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie française, interrogé plus tôt cette semaine par l'AFP, les experts n'ont vu "aucun corps intègre" mais "des corps profondément fragmentés et aucun n'était identifiable par des mesures classiques de médecine légale, de dentisterie légale, ni même d'empreintes digitales".

La canicule sur place rend de surcroît le travail plus difficile.


AFP

Sur le même sujet

Crash au Mali: l'avion ne s'est probablement pas désintégré en vol

Monde