Monde

Côte d'Ivoire: majorité fragilisée pour A. Ouattara, qui pense à sa réélection

Le président ivoirien Alassane Ouattara répond aux journalistes, à Abidjan, le 21 avril 2013
27 avr. 2013 à 13:40 - mise à jour 27 avr. 2013 à 14:10Temps de lecture2 min
Par AFP

Des blessés, de la casse et surtout beaucoup d'invectives et d'accusations de fraude: le spectacle offert lors des municipales et régionales du 21 avril n'a guère été brillant, deux ans après la fin de la crise née de la présidentielle de novembre 2010, qui avait fait environ 3000 morts.

Les incidents n'ont certes touché qu'une dizaine de communes et surtout la capitale économique Abidjan. Comportements de "mauvais perdants", a regretté le président de la commission électorale, Youssouf Bakayoko, en livrant les résultats globaux vendredi soir.

Mais le plus frappant tient à ce que les tensions ont concerné surtout les partis de l'alliance au pouvoir: le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Ouattara et le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié. Le parti de l'ancien président Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), boudait officiellement ces scrutins.

Dans le quotidien d'Etat Fraternité-Matin, le directeur du journal Venance Konan s'est inquiété de la "guerre qui s'annonce" entre le RDR - conforté comme premier parti du pays après ces élections - et le PDCI, son indispensable soutien de la dernière présidentielle.

Au fil d'une longue décennie de crise, les Ivoiriens "ont été nourris à la sève de la violence", déclare un proche du président Ouattara pour expliquer ces incidents. Il se veut rassurant sur la santé de la coalition: "les états-majors vont se retrouver".

Ouattara "vraisemblablement" candidat en 2015

Mais les tensions n'ont pas surpris. Ex-parti unique, le PDCI vit mal son statut de second et beaucoup en son sein s'estiment lésés dans le partage du pouvoir, et de ses avantages.

Toutefois, si, malgré son âge (bientôt 79 ans), Henri Konan Bédié garde le contrôle du parti à l'issue du congrès du PDCI attendu cette année, l'alliance a en principe de beaux jours devant elle, et le parti pourrait même être amené à ne pas présenter de candidat face à Alassane Ouattara en 2015.

Ce dernier a en effet indiqué, dans un entretien à paraître dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, qu'il briguerait "vraisemblablement" un second mandat.

Le FPI cherche en tout cas à profiter des dissensions au sein de la majorité. Quelques jours avant les élections locales, il a carrément appelé le PDCI au "rassemblement".

Les responsables du FPI "n'ont pas fait ça au hasard, ils sentent qu'il y a des tensions de plus en plus fortes" entre RDR et PDCI, analyse Rinaldo Depagne, chercheur à International Crisis Group (ICG).

Un scrutin boycotté par l'opposition

Si cet appel a jeté le trouble au sein de la coalition au pouvoir, il est resté sans suite. Et le parti de Laurent Gbagbo s'installe plus que jamais en marge du jeu politique, après avoir déjà boudé les législatives fin 2011. Sa stratégie semble suspendue au sort de son mentor, détenu à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de crimes contre l'humanité.

Il reste que ces élections locales, boycottées par le principal parti d'opposition et à ce titre symbole d'une réconciliation en panne, auront eu valeur de test, et même d'avertissement.

Le double scrutin "devait faire la démonstration que l'état de droit est installé", relève un familier de la scène politique ivoirienne. Or, souligne-t-il, "la violence est toujours latente, et rien n'est réglé avant la prochaine présidentielle".

Si la sécurité a très nettement progressé, la croissance économique retrouvée dans le pays, première économie d'Afrique de l'Ouest francophone, ne fait pas encore reculer la pauvreté. Et des dossiers cruciaux, comme le foncier, n'ont toujours pas été ouverts.


AFP

Sur le même sujet

Côte d'Ivoire: d'ex chefs de guerre accusés par l'ONU de pillages

Monde

Amnesty dénonce une vague de répression en Côte d'Ivoire

Monde