Coronavirus: même positif, le personnel des maisons de repos peut travailler en cas de pénurie de personnel

Coronavirus : travailler sans présenter les symptomes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 avr. 2020 à 16:48 - mise à jour 11 avr. 2020 à 16:48Temps de lecture2 min
Par RTBF

Selon une directive transmise vendredi à l'ensemble des maisons de repos, le personnel testé positif au Covid-19, mais asymptomatique, peut travailler en cas d'un manque d'effectifs.  En tout cas s'il y existe un service Covid-19 isolé et en respectant port du masques et lavage de mains.

La directive émane de l'institut scientifique Sciensano dans la foulée des premiers tests réalisés dans les maisons de repos et de soins. Cette directive étonne du côté des CPAS et des directions des homes.

La directive dit : un membre du personnel testé positif mais asymptomatique peut soit être écarté pendant 7 jours, soit continuer à travailler. De quoi palier la pénurie de personnel de telle ou telle institution. Mais en amont, cela présuppose une chose : pouvoir dépister tout le monde. Or, au CPAS de Namur, cela représenterait 550 tests au total. Mais pour l'instant rien n'est prévu, explique Philippe Noël, président du CPAS de Namur: "Mon inquiétude par rapport à cela c'est le délai entre le moment où nous annonce le testing et le moment où on reçoit les résultats. La situation évolue sans cesse. Pour pouvoir réagir, il faudrait que nous ayons le testing et les résultats de façon quasi instantanée".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Le membre du personnel ne pourra alors travailler que moyennant le port d'un masque et l'observation des mesures d'hygiène des mains, et uniquement dans un service Covid-19. Selon Gregory Jacques, président de l'Association des secrétaires généraux des CPAS pour la Région de Bruxelles Capitale, "cela nécessiterait d'avoir soit du personnel non-contaminé qui accepte de faire équipe avec du personnel contaminé, soit suffisamment de personnel contaminé que pour réaliser une équipe complète qui puisse prendre en charge les résidents éventuellement cohortés".

Les soignants qui présentent les moindres symptômes doivent, par contre, rester chez eux. Aucune exception. Ils doivent rester à la maison pendant sept jours et aucun retour sur le lieu de travail n'est permis tant que la fièvre et les symptômes n'ont pas disparu pendant au moins trois jours. Ceux qui entrent ensuite en contact avec des résidents doivent encore porter un masque pendant au moins quatorze jours.