Coronavirus: la psychose en Italie est-elle justifiée?

Coronavirus: la psychose en Italie est-elle justifiée?
22 févr. 2020 à 12:23 - mise à jour 22 févr. 2020 à 12:23Temps de lecture2 min
Par Françoise Wallemacq

L’Italie est sous le choc. Les deux premières victimes européennes du coronavirus sont décédées sur son sol. Et la psychose gagne après la découverte d’un foyer autochtone, c’est-à-dire d’une contamination sans avoir voyagé en Chine ou avoir été en contact avec une personne malade. En Lombardie, dans le nord du pays. 50.000 personnes sont priées de rester chez elles dans cette zone. Tous les lieux publics ont été fermés, salles de sport, écoles, bibliothèques, bars. Même les magasins d’alimentation et les pharmacies sont concernés.

Le "patient zéro"

A Codogno, en Lombardie, un cadre d’Unilever âgé de 38 ans est en soins intensifs. Il a été diagnostiqué positif au coronavirus, ainsi que sa femme, enceinte de 8 mois. L’homme aurait dîné à plusieurs reprises avec un ami italien, de retour de Chine. Cet homme pourrait être le fameux "patient zéro". Mais ce qui est troublant, c’est que cet homme n’est pas contaminé. Il pourrait donc avoir "hébergé" le virus sans développer de pneumonie virale. Autre possibilité, il était porteur, a développé la maladie, et a guéri spontanément. Le degré faible de la maladie s’apparente à un léger rhume, il est donc possible qu’un patient ne se rendre même pas compte qu’il est atteint, et donc contagieux. Mais les médecins ne connaissent pas encore les formes bénignes de la maladie, qui peuvent passer inaperçues.

La durée d’incubation plus longue que prévu

La durée d’incubation du coronavirus, c’est-à-dire le temps écoulé entre le moment de l’infection et l’apparition des symptômes pourrait être de 24, voire de 27 jours, et non de 14 comme initialement estimé. Un septuagénaire chinois du Hubei a contracté le coronavirus le 24 janvier, lors d’une visite à sa sœur malade. Mais il n’en a développé les symptômes que 27 jours plus tard. Une incubation plus longue, durant laquelle un individu porteur du virus peut être contaminant sans en avoir conscience, pourrait compliquer les efforts engagés pour contenir la propagation de l’épidémie qui a fait jusqu’à présent plus de 2300 décès en Chine et à l’étranger.


►►► À lire aussi: Coronavirus: deux morts en Europe, l'Italie se barricade


Ce qui veut dire que les mises en quarantaine devraient éventuellement être rallongées. Jusqu’ici, pour éviter la contamination, une mise en quarantaine de 2 semaines était imposée aux personnes potentiellement contaminées. Faudra-t-il allonger cette durée ? Pour le moment, les chercheurs se tâtent. Ils ne connaissent pas encore le lien entre incubation et contamination. Peut-être qu’une incubation lente permet à l’organisme de développer une immunité plus forte, et diminue donc les risques de contamination ? C’est une hypothèse, mais les experts manquent de recul.

Sur le même sujet

Coronavirus en Italie: sept morts et onze villes en quarantaine, le nord du pays se prépare à vivre des jours d’angoisse

Coronavirus

Articles recommandés pour vous