Coronavirus : la Chine et les USA à couteaux-tirés, "au bord d'une nouvelle guerre froide" ?

La Chine craint être "au bord d'une nouvelle Guerre froide"
24 mai 2020 à 20:22Temps de lecture2 min
Par AFP

La Chine accuse le président américain Donald Trump de l'entraîner dans une nouvelle "guerre froide" dans le contexte de la pandémie de coronavirus, qui a terni la fête célébrant la fin du ramadan dans le monde musulman.

La Chine et les Etats-Unis, déjà à couteaux tirés depuis deux ans en raison de leur guerre commerciale, sont "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a averti ce dimanche le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. 

"Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis", a regretté le chef de la diplomatie chinoise. Et "ce virus politique saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine"

Les premiers malades du Covid-19 ont été signalés en décembre en Chine. Le coronavirus s'est depuis répandu sur la planète, contaminant au moins 5,3 millions de personnes et en tuant plus de 342.000. 

Washington presse pour une enquête internationale

Donald Trump reproche à Pékin d'avoir tardé à communiquer des données cruciales et de ne pas vouloir faire la lumière sur l'origine du virus. Washington presse pour l'ouverture d'une enquête internationale.


►►► Lire aussi : coronavirus : bras de fer entre la Chine et les États-Unis sur l'origine du Covid-19


En réponse, la Chine s'est dite "prête" ce dimanche à une coopération internationale, pourvu qu'elle soit exempte de toute "ingérence politique" et "menée par l'OMS" (Organisation mondiale de la santé). 

Très lourd bilan aux USA

Aux Etats-Unis, pays dénombrant le plus de cas (plus de 1,62 million) et de décès au monde (au moins 97.087 morts), les drapeaux sont en berne jusqu'à ce dimanche en hommage aux victimes.

Anticipant le passage de la barre des 100.000 morts, le New York Times a consacré sa Une à la mémoire d'un millier de victimes, évoquant pour chacune ce qu'a été sa vie: "Joe Diffie, 62 ans, Nashville, star de la country music distingué par un Grammy" ; "Ruth Skapinok, 85 ans, Roseville, Californie, les oiseaux du jardin venaient manger dans sa main"... 

"Ces 1000 personnes ici ne représentent qu'à peine un pour cent du total. Aucune d'entre elles n'était un simple numéro", écrit le quotidien américain.

A Coney Island, une des plages de l'est de New York, de nombreux policiers surveillaient les promeneurs au bord de l'eau pour faire respecter la distanciation physique.

"Je me sens en sécurité dehors (...) Nous avons été coincés à la maison pendant 70 jours, 10 semaines. Alors c'est vraiment bon de juste voir l'océan", a confié Lisa Sklar, venue du comté de Westchester, au nord de la métropole.

Si les Etats-Unis restent le pays le plus touché, l'épicentre de la pandémie est désormais l'Amérique latine, selon l'OMS. Et tout particulièrement le Brésil: le virus y a contaminé au moins 347.000 personnes et tué plus de 22.000. 

 

Sur le même sujet

Coronavirus aux Etats-Unis : un doigt d’honneur à Trump, près de 100.000 décès

Coronavirus