Coronavirus en Belgique : les règles sanitaires sont un "devoir déontologique" pour les mandataires publics

La Première ministre portant son masque.

Le respect des règles de conduite contre la propagation de la covid-19 constituent une devoir déontologique pour les députés et autres mandataires publics fédéraux (administrateurs, dirigeants d'administration, chefs de cabinet, etc.), a rappelé lundi dans un avis la commission fédérale de déontologie.

"Toutes ces personnes(...) qui exercent des fonctions importantes au sein de l'État ont un rôle d'exemple à jouer à l'égard de tous les citoyens", souligne la commission.

Aucune immunité, parlementaire ou autre, ne dispense du respect de ces directives

Qu'il s'agisse de la désinfection régulière des mains, du respect de la distance de sécurité d'1,5 mètre, du port du masque ou encore des directives entourant les voyages à l'étranger, "aucune immunité, parlementaire ou autre, aucun titre et aucun grade ne dispense du respect de ces directives, ni de l'obligation de les faire respecter par les collaborateurs", explique-t-elle. "Le virus ne reconnaît en effet ni l'immunité parlementaire, ni les titres, ni les grades".

Même si elles ne sont pas obligatoires, ces directives constituent un "devoir déontologique". "Le non-respect de ces directives et le défaut de les faire respecter par les personnes placées sous leur autorité constituent dès lors une faute déontologique", conclut la commission.

Masques : comment faire respecter l'obligation ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Les mesures de précaution sanitaire ailleurs dans le monde : pas facile de s'y retrouver

Monde

Articles recommandés pour vous