Coronavirus

Coronavirus en Belgique: l’agroalimentaire, l’enseignement et les titres services sont les secteurs où il y a le plus de contaminations

Point presse covid-19 du 27/04/2021 : les risques covid sur les lieux de travail

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 avr. 2021 à 08:00 - mise à jour 27 avr. 2021 à 11:07Temps de lecture4 min
Par Africa Gordillo

Les risques d’attraper le Covid-19 sur son lieu de travail varient en fonction des secteurs professionnels et le secteur agroalimentaire, l’enseignement fondamental et les aides ménagères travaillant via le système des titres services sont plus à risque, selon un nouveau rapport réalisé par l’université d’Hasselt, la KULeuven, l’IDW et Sciensano. Une enquête au cœur du point presse du Centre interfédéral de crise ce mardi. 

Le rapport a permis de cartographier les activités sectorielles les plus exposées et de faire le point sur les contaminations qui surviennent sur le lieu de travail en se basant sur les données de recherche de contacts et les données de l’ONSS qui permettent de cibler les cas positifs dans une même entreprise.

Le coronavirus sur le lieu de travail : l'agroalimentaire, l'enseignement et les titres services plus à risque. Photo d'illustration

Depuis le 11 mars, les malades du Covid-19 appelés par le tracing ont été systématiquement interrogés sur l’origine de leur contamination, principalement si elle s’était produite sur le lieu de travail. 23% des personnes interrogées ont affirmé avoir été contaminées, certainement ou probablement, sur leur lieu de travail, malgré les efforts réalisés par les différents secteurs.

Il ressort que certains secteurs sont plus exposés en raison des conditions propres à leurs activités comme l’impossibilité de télétravailler ou de maintenir distance physique de sécurité entre les travailleurs. Ces secteurs ont été passés à la loupe.

L’enquête montre que l’industrie alimentaire, les secteurs de la transformation, production et conservation de la viande, présentent des incidences élevées, soit plus de 1000 cas pour 100.000 travailleurs sur 2 semaines.

Les professions de contact non médicales sont également touchées par l’évolution des contaminations dans la population. C’est le cas des coiffeurs non indépendants pour lesquels l’incidence était plus forte (nombre de cas positifs au regard des tests réalisés).

Autre catégorie particulièrement touchée, celle des professeurs de l’enseignement obligatoire où une forte hausse de l’incidence est observée, en parallèle de la hausse des cas de Covid-19 chez les élèves et les étudiants. Le taux d’incidence chez ces professeurs montait à 670 cas le 29 mars dernier (632 cas en moyenne dans les autres secteurs). Ce taux d’incidence élevé a diminué grâce aux vacances de Pâques pour désormais flirter avec celui de la population en général.

Plus de cas de Covid-19 dans les entreprises de nettoyage

Plus de cas de Covid-19 dans les entreprises de nettoyage. Photo d'illustration

Le taux d’incidence des cas de coronavirus est élevé parmi le personnel des entreprises de nettoyage, notamment dans les titres-services où aucun dépistage systématique n’est organisé. Il y a pourtant un risque accru que ces travailleurs se retrouvent toute une journée avec de potentielles personnes contaminées.

D’autres secteurs sont concernés par la hausse de l’incidence mais la cause de cette augmentation n’est pas claire : la collecte des déchets, les prestations dans les centres d’appels ou dans les activités d’emballage.

Pour la porte-parole adjointe du commissaire corona, Carole Schirvel, "cela vaudrait la peine d’examiner si des protocoles plus stricts sont nécessaires, ainsi que des actions de sensibilisation plus ciblées."

Toujours selon Carole Schirvel, "l’incidence d’une transmission du coronavirus sur une période de 14 jours peut montrer une hausse plus marquée", dans les secteurs où le travail s’effectue en présentiel.

Mais la baisse est significative quand les travailleurs sont vaccinés, ce qui s’observe dans les soins de santé où on ne constate plus de hausse des cas de Covid-19. "On peut en déduire que la vaccination porte ses fruits", conclut l’adjointe au commissaire corona.


►►► A lire aussi : Evolution au jour le jour de l'épidémie (graphiques)


 

La vaccination des femmes enceintes

Point presse covid-19 du 27/04/2021 : le point sur la vaccination en Belgique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

900.000 vaccins seront livrés cette semaine en Belgique, un record. Entretemps, 3.500.000 vaccins ont étés administrés et la couverture vaccinale est de 30% (première dose). Sabine Tordeur d’ajouter que "le délai entre la livraison d’un vaccin et son administration est passé de deux à une semaine."

Plusieurs groupes prioritaires ont été ajoutés à la liste des personnes appelées à se faire vacciner : les femmes enceintes, le personnel pénitentiaire ainsi que les athlètes olympiques et paralympiques. La vaccination des femmes enceintes concerne 300 femmes par centre de vaccination, ce qui ne devrait pas avoir d’impact sur l’avancée de la vaccination des plus de 65 ans et des personnes à risque, selon la Task Force Vaccination.

Les médecins généralistes pourront inscrire leurs patientes, enceintes, sur la liste des vaccinations prioritaires à partir du 4 mai prochain. Les gynécologues et les sages-femmes ne pourront pas réaliser l’inscription.


Pour compléter : Historique de la vaccination (graphiques)


 

Des chiffres toujours élevés mais une légère baisse est amorcée

Point presse covid-19 du 27/04/2021 : bilan des hospitalisations, nouveaux cas et décès (Carole Schirvel, Commissariat Corona)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Les chiffres Covid-19 continuent à évoluer de manière élevée mais quelques indicateurs sont positifs", a par ailleurs déclaré l’adjointe au commissaire corona Carole Schirvel, lors de la conférence de presse du Centre interfédéral de crise ce mardi. Cette tendance à la hausse enregistrée pour la période comprise entre le 17 et le 23 avril est principalement liée aux résultats enregistrés lundi, mardi et mercredi dernier mais une baisse s’est amorcée le lendemain, le jeudi 22 avril.

Ainsi, le nombre de contaminations au Covid-19 augmente avec une moyenne de 3540 personnes testées positives chaque jour, entre le 17 et le 23 avril, soit une hausse de 2% par rapport à la semaine précédente, sur base des chiffres publiées ce mardi matin par l’Institut de santé publique Sciensano.

Les enfants et les adolescents sont particulièrement concernés par cette hausse (+17% par rapport à la semaine précédente) alors que la hausse est limitée chez les plus de 50 ans et les plus de 80 ans. La majorité des infections touchent les jeunes dans la vingtaine même si une baisse s’est amorcée.

Les hospitalisations, elles, sont en baisse avec une moyenne quotidienne de 220,7 patients Covid admis dans les hôpitaux entre le 20 et le 26 avril (-5%). En tout, 2952 personnes malades du Covid-19 sont hospitalisées (-6%) et 892 d’entre elles sont soignées en unités de soins intensifs (-6%).


►►► A lire : Toutes les questions que vous vous posez sur les variants


Le nombre de décès liés au coronavirus est également en baisse (-1,5% par rapport à la semaine précédente) mais, au-delà de cette tendance, il s’agit de 38 personnes décédées par jour en moyenne. La Belgique déplore au total 24.065 morts en raison de la pandémie.

Sur le même sujet

Le titre-service plombé par l’inflation : Federgon demande une hausse de 12 centimes par indexation

Lancement d’une vaste campagne axée sur la sécurité : "Offrez des conditions de travail 5 étoiles à votre aide ménagère"

Articles recommandés pour vous