Coronavirus : comment célèbre-t-on Pâques dans un monde confiné ?

Office du Vendredi saint en la cathédrale Notre-Dame des Anges de Los Angeles.
11 avr. 2020 à 10:56Temps de lecture2 min
Par Pascal Bustamante

En cette période de semaine sainte, c’est la préoccupation autour de la pandémie de Covid-19 qui est le point commun des chrétiens tout autour du globe. Dans chaque pays, les croyants tentent de célébrer la fête principale de leurs calendriers en intégrant les ravages du nouveau coronavirus. Entre le déni et la technologie, chaque communauté réagit à sa manière. Mais toutes les prières des croyants incluent la pandémie qui a franchi le cap symbolique des 100.000 victimes en début de week-end pascal. La plupart des célébrations ont été annulées ou tenues à huis clos, comme cette messe de Vendredi saint à Los Angeles célébrée par l’archevêque José Gomez et diffusée en vidéo.

Processions annulées

Cambados - Espagne. Un homme tient une image pieuse à la fenêtre de son appartement pour célébrer le vendredi saint.
Cambados - Espagne. Un homme tient une image pieuse à la fenêtre de son appartement pour célébrer le vendredi saint. MIGUEL RIOPA - AFP

En Espagne, les traditionnelles processions du Vendredi Saint ont été annulées. Ces événements suivis avec ferveur par une grande partie de la population ont été remplacés par des retransmissions télévisées des processions des années antérieures. Les habitants tentant de toutes les manières de recréer l’atmosphère de la semaine sainte.

Processions aménagées

Procession automobile du vendredi saint  dans les rues de Damas.
Procession automobile du vendredi saint dans les rues de Damas. LOUAI BESHARA - AFP

Dans d’autres pays, comme ici en Syrie, à Damas, les processions ont bien eu lieu mais sans public à l’air libre. Des scouts ont accompagné des représentations de la passion du Christ transportées sur un unique véhicule, sillonnant les rues de la capitale.

Processions minimalistes

Le maire et le curé de Pontoglio, seuls participants de la procession du chemin de croix.
Le maire et le curé de Pontoglio, seuls participants de la procession du chemin de croix. MIGUEL MEDINA - AFP

En Italie, certaines processions se sont bien tenues, comme chaque année. A la différence que, là aussi, le public a été prié de rester confiné chez lui. Des versions ultra-minimalistes des célébrations se sont tenues dans les rues de Pontoglio, en Lombardie, non loin de l’un des premiers foyers de l’épidémie en Italie. Le curé de Santa Maria Assunta, accompagné du maire de la petite ville, sont seuls à accompagner le crucifix pour le traditionnel chemin de croix du Vendredi saint.

Saint-Pierre de Rome en petit comité

Vendredi saint à Saint Pierre de Rome
Vendredi saint à Saint Pierre de Rome ANDREW MEDICHINI - AFP

Au Vatican, le pape François a célébré un office de Vendredi saint en comité ultra-réduit. Il a été diffusé dans les médias mais le public, d’ordinaire très nombreux en la basilique Saint-Pierre a été réduit au strict minimum. De très rares ecclésiastiques se tenant à distance prudente les uns des autres. Une image absolument inédite.

La tentation du déni

Des employés de la municipalité de Sofia désinfectent les abords de l'église Sainte Nédélia en prévision de l'affluence des fidèles aux services religieux.
Des employés de la municipalité de Sofia désinfectent les abords de l'église Sainte Nédélia en prévision de l'affluence des fidèles aux services religieux. NIKOLAY DOYCHINOV - AFP

En Bulgarie, l’église orthodoxe locale suit le calendrier julien. La fête de Pâques aura donc lieu le 19 avril prochain. Entre-temps, la polémique entre le gouvernement et l’église se poursuit. Le Premier ministre demande à la population de rester chez elle. Mais le porte-parole du Synode bulgare a assuré que la foi protégerait les fidèles et que l’infection ne pourrait se transmettre dans les églises. Ces dernières resteront ouvertes pour les fêtes pascales. Le gouvernement craint une recrudescence de la pandémie après les fêtes de Pâques.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous